Commentaire voltaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (556 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire Composée du texte Voltaire, Candide, Chapitre 19
Le texte que nous allons étudier est extrait du célèbre conte de Voltaire, Candide, représentatif de l’esprit des Lumières. Candide aété chassé du château du baron de Thunder-ten-Tronck, a connu les horreurs de la guerre, et débarque avec son ami Cacambo à Surinam. Ils rencontrent un nègre au bord d'un chemin, il leur raconte samisérable vie qui se résume à peu de choses. Ses malheurs sont dus à un commerçant blanc. Le passage que nous allons étudier est un texte narratif et descriptif. Par quels moyens Voltaire met-il en œuvrepour dénoncer l’esclavage dans ce passage ? Dans une première partie, nous analyserons la présentation du nègre, et dans une deuxième partie, nous analyserons l’ironie de la situation du nègre.

Ladénonciation de Voltaire prend la forme d’un récit, dont on va étudier les conditions physique de l’esclave et ses conditions normales.
Tous d’abord on remarque que le nègre est représenté dans desconditions les plus déplorable, « plus que la moitié de son habits d’un caleçon de toile bleue » on comprend que la tenue vestimentaire de l’esclave, est tout simplement inacceptable. La position dunègre accentue ses conditions extrêmes « un nègre étendu par terre » ; « ...il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. » Ce passage nous montre que le nègre est immobile et prisonnierde son sort contrairement aux autres personnages et enfin ce qui nous donne le sentiment que l’esclave est humilié. Mais par-dessus tous le nègre de Surinam subit toute les tâches qui lui sontdemandés « J’attends mon maître », on peut voir que Voltaire intensifie la situation. Afin qu’il puisse nous faire réagir « normal pour lui » de cette situation qui est sois disant calme. Aucun sentimentest ressenti à la lecture de ce passage, mais la mère parle « Mon cher enfant bénis nos fétiches… ». Ce qui devient très émouvant.

Ce récit nous fait par d’aucune émotion mais montre une...
tracking img