Commentaire d'un extrait de la peste de camus (les confidences de tarrou)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (845 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Extrait à commenter : « Les confidences de Tarrou » : p.250, à partir de « Je n’ai pourtant gardé…. », jusqu’à… « le plus abject des assassinats ».

Problématique : en quoi cet extrait est-ilrévélateur de la dimension symbolique de la peste, de La Peste ?

1/ Le récit d’un souvenir fondateur

a) Les trois temps de la prise de conscience de Tarrou

Décomposition du texte en 3 temps = les 3§ de l’extrait :
Ø 1e = une révélation : la figure humaine de l’inculpé (Tarrou = comme hypnotisé : « je n’eus plus d’yeux que pour lui »). Portrait à la manière des journalistes : étudier lescaractéristiques du portrait, détails…
Ø Déplacement du point de vue sur Tarrou adolescent : champ lexical de l’émotion.
Ø Au centre de ce dernier temps : le psg du magistrat = le père de Tarrou.Portrait : étudier les caractéristiques du portrait + sa visée à savoir : violente critique de la sentence et au-delà condamnation de la justice.

b) Une expérience décisive pour l’adolescent qu’étaitTarrou :

Ø Une journée décisive = un tournant dans sa vie : cf étude des indices temporels (« brusquement, jusqu’ici et dans la phrase qui suit directement le passage : « A partir de ce jour… » =répété 2 fois.
Ø Caractère exceptionnel du moment : cf hyperboles Þ intensité de la découverte (« un instinct formidable comme une vague » + comparaison ici, « aveuglément entêté », « bien plusvertigineuse…. ».

Journée fondatrice : marque l’engagement de Tarrou ¹ tout ce qui peut donner la mort.

2/ Une rhétorique persuasive :

a) Long discours destiné à susciter la sympathie de Rieux etderrière du lecteur pour l’inculpé :
Ø Présenté sous les traits d’un être faible, inspirant la pitié (« petit », « pauvre »), et jeune (« une 30aine d’années »). Périphrase pathétique (« ce malheureux ») :étudier effets sur le lecteur.
Ø Présenter comme un animal (« poil roux », « hibou effarouché ») traqué.
Ø Formule conclusive du portrait (« il était vivant ») ¹ la perspective de la mort...
tracking img