Commentaire d'un extrait de manon lescaut

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3885 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TASSIN Antoine 08/01/08

Commentaire

Manon Lescaut, pages 137-138, de « Il fallait bien prendre un moment […] » à « […] et de là, chez M. de T… ».

Vous caractériserez la nature, les finalités et les fonctions de la scène et analyserez les différents procédés textuels qui permettent de structurer le discours du personnage.

La lecture naturelle, spontanée d’un roman conduitbien souvent à une appréhension affective et émotive du texte. Cette réception particulière d’un texte a amené les critiques littéraires à questionner un élément prépondérant dans la constitution du roman : le personnage. Entité ontologiquement finie, appartenant exclusivement au domaine de la fiction, mimant uniquement et de manière incomplète la personne humaine, le personnage n’en demeure pasmoins l’objet de toutes les fascinations, et d’innombrables débats doctrinaux. Mais l’analyse qui réduirait le personnage à n’être qu’un vecteur de l’action ou d’autres encore, qui le limiteraient à n’être qu’un des éléments d’un schéma actanciel seraient carencées, voire impertinentes : autant d’optiques réductrices manquant par là même la compréhension de la notion, et inapte à rendre compte detout ou partie de n’importe quel roman. Inapte du moins à rendre compte du texte qu’il s’agit ici de commenter.

Ce texte est un extrait de Manon Lescaut (ou L’histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut – titre d’origine) écrit par Prévost et édité la première fois en France en 1733. Cette « histoire » est elle-même un fragment des Mémoires et aventures d’un homme de qualité, présentéecependant indépendamment de l’œuvre d’ensemble en 1733. L’extrait intervient à la fin de la première partie, après l’évasion réussie de Manon de l’Hôpital, opérée par Des Grieux avec l’aide de M. de T…, la mort du frère de Manon et leur fuite à Chaillot. Des Grieux, craignant d’avouer à Manon la pénurie d’argent dans laquelle il se trouve, et qui a déjà était la cause des infidélités de Manon, serend à Paris afin d’obtenir des fonds. En chemin, à Cours-La-Reine, il s’arrête pour réfléchir aux options qui s’offrent à lui. C’est de cette réflexion que l’extrait à commenter fait état.

Il s’agit donc d’un discours supposément intérieur rapporté par Des Grieux, personnage principal et narrateur de sa propre histoire, à Renancour, « l’homme de qualité », lui-même rapporteur « fidèle » del’ensemble de l’histoire de Des Grieux. Un extrait sans valeur narrative, qui ne fait absolument pas avancer l’action – puisque le trajet de Des Grieux à Paris était déjà prévu. Qu’est-ce alors qui aura amené le personnage/narrateur à s’arrêter, à « prendre un moment » (ligne 1) pour rendre compte de ses « réflexions » et « raisonnements » (ligne 5), et ainsi à créer cet entre-deux au sein-même de lanarration de ses péripéties précédentes et suivantes ? Que veut-il exactement relater, et comment l’auteur structure-t-il son récit (celui de Des Grieux) de sorte que ses objectifs soient atteints ?

Afin d’instruire la question, nous verrons dans un premier temps que c’est un conflit intérieur qui est dépeint par le biais d’un entre-deux dans la narration, un conflit récurrent dans l’œuvre quifait état de l’évolution qu’a subi le personnage du début de la narration à cet instant précis de l’intrigue (I). Il s’agira ensuite de montrer comment la réflexion que semble vouloir mener Des Grieux n’est en fait qu’argumentation spécieuse, qui tend bien plus à émouvoir et à attirer la bienveillance de son auditoire/lectorat qu’à justifier sa conduite (II).

Il faudra dans un premier tempsmontrer que le texte, qui met en place un entre-deux dans la narration (A), privilégie ainsi l’émergence de la tonalité pathétique (B) propre à rendre compte du conflit intérieur du protagoniste/narrateur (C).

C’est par une antithèse que le texte, deux lignes avant le début de notre extrait, annonce la rupture de l’action : « Je marchai fort vite jusqu’au Cours-la-Reine, où j’avais dessein de...
tracking img