Commentaire d'un texte de platon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1922 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Arthur Hoffmann

Commentaire de texte - Méthodologie

Faisant suite à l’allégorie de la caverne, au livre VII de La République, Platon s’attache désormais à définir, par l’intermédiaire de Socrate, la méthode dialectique. Laquelle se révèle être la méthode employée par Socrate, au travers de la maïeutique à laquelle il soumet son interlocuteur, pour sortir de l’aporie et approcher le savoirvéritable. Se pose cependant un problème majeur quant à la définition de cette méthode : comment produire un savoir, une vérité sur une chose, lorsque celle-ci s’apparente à un système de propositions et de principes indémontrables ou d’hypothèses dont on ne peut rendre raison, et dont on ne connaît même pas le point de départ ? La dialectique semble d’après Platon en mesure de surmonter cettedifficulté par l’essence même de sa méthode et du cheminement qu’elle permet de suivre.
De la ligne 1 à 6, Socrate tente de différencier la méthode dialectique des « autres arts », montrant que la dialectique est la seule à même d’accéder à l’essence d’une chose. De la ligne 7 à 14, il souligne la difficulté qu’ont les arts avec lesquels a affaire la dialectique (tels que la géométrie, l’arithmétiqueou l’astronomie) à accéder à cette essence et à cette vérité, tant leur assemblage d’hypothèses et de propositions est obscurément lié à un principe premier qui leur est inconnu. Enfin de la ligne 15 à 24, il montre que la méthode dialectique surmonte cette difficulté en aboutissant au principe premier, au commencement de l’essence des choses.

Tout d’abord, Socrate présente la dialectiquecomme une « méthode » (l.2). Il conçoit cette méthode comme une « voie de recherche », autrement dit de recherche de la vérité. Déjà dans cette idée de « voie », il y a l’idée d’itinéraire, de progression ; bref, de cheminement de la pensée. La dialectique constitue un parcours vers le savoir. Ensuite, l’aboutissement de ce parcours réside en l’accession à l’être, à l’essence d’une chose, à saréalité, à ce qu’elle est réellement.
A cela, Socrate oppose ce qu’il nomme les « autres arts » (l.4) : bien trop nombreux pour être cités, on en retiendra par exemple la rhétorique, diamétralement opposée à la dialectique (on pourrait presque relever une antinomie entre les deux termes). Ces « autres arts », nous dit Socrate, sont de l’ordre de l’opinion (une opinion si chère à la critiqueplatonicienne de la démocratie athénienne), ont trait aux opinions et aux désirs des hommes, et dans la perspective du devenir, aux « productions naturelles comme aux fabrications » (l.5) et à l’entretien de celles-ci. A ce titre, la poésie (art de production) constitue une imitation du vrai, mais pas le vrai lui-même. Pire encore, ils prennent ces objets comme fins (par exemple : la complaisance dansl’opinion, où l’art de la complaisance prend l’opinion comme fin). Ils sont de l’ordre de l’opinion, mais pas du vrai, du devenir, mais pas de l’être. Le devenir est un problème pour le savoir, car on ne parvient pas à le fixer dans la pensée. La vérité y est impossible car elle suppose la stabilité, l’identité à soi. Il s’agit de trouver une méthode ailleurs, qui n’emprunte pas au devenir ou à uneopinion qui, quand bien même elle s’avérerait vraie, n’en reste pas moins une opinion.

A cet effet, Socrate mentionne les arts « qui restent » (l.7) et « dont nous [disons] qu’ils mettent la main sur quelque chose de l’ordre du réel », c’est-à-dire que, contrairement aux « autres arts », ils recherchent le vrai et tentent d’accéder à l’être : ce sont par exemple la géométrie, l’arithmétique ouencore l’astronomie. Ceux-là ne sont pas en rapport avec l’opinion ou les désirs, ils sont bien au-delà, et bien proches de ce que l’on appelle « science ». Pourtant, ils présentent une difficulté, et à eux seuls ne peuvent réellement « mettre la main » sur l’être et la vérité, ils ont besoin d’un appui, d’une assise, d’une autre méthode. C’est ici que Socrate problématise l’enjeu de la...
tracking img