Commentaire d'un texte de sartre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2930 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire d'un texte de Sartre, issue de L'être et le néant.

« L'homme est condamné à être libre. » Cette citation de Jean-Paul Sartre, au premier abord, semble évoquer un paradoxe. Comment imaginer la liberté comme une sentence que l’on est condamné à subir ? Cependant, ce paradoxe est valable seulement si nous considérons la liberté comme le fait de pouvoir faire ce que nous voulons. Laliberté relève alors de l’action. Pourtant Sartre écrit ce texte sur la liberté qui justifie cette phrase. En effet, il expose une définition de la liberté qui va à l’encontre de la définition précédente, qui est certes plus intuitive. La liberté selon Sartre dans ce texte relève du choix et non de l’action. Ainsi elle devient un fardeau et non un bien. Ce texte nous amène donc à nous interroger surla nature de la liberté, si cette dernière relève du domaine du « pouvoir » ou du « faire ». Sartre résume sa thèse en écrivant «  Il faut […] préciser contre le sens commun que la formule « être libre » ne signifie pas « obtenir ce que l’on a voulu », mais se déterminer à vouloir (au sens large de choisir) par soi même. » En d’autres termes, la liberté est un concept qui ne dépend pas de laréussite de ce que l’on entreprend, mais de la nature du choix ; Il n’y a pas de choix prédéterminés, nous ne subissons rien, rien ne nous empêche « d’être ce que l’on veut être ». Ces choix que nous prenons nous-mêmes, nous nous engageons et nous les assumons. La liberté n’est donc pas pouvoir réaliser tout nos souhaits mais choisir de façon personnelle ce que l’on veut réellement, prendre unedécision qui nous caractérisera nous et notre humanité. Sartre aborde plusieurs points délicats que l’on se doit d’éclairer dans notre étude. Le premier est la définition de la liberté, un concept « empirique et populaire » ou bien « technique et philosophique ». Quelle est la différence, entre ces deux concepts ? Il défend le concept « philosophique », et de là il affirme que « le choix et identique aufaire » et qu’il faut un « commencement de réalisation ». Ainsi, dans un premier temps, nous aborderons la définition de la liberté en expliquant deux concepts qui sont opposés. Ensuite, nous nous demanderons pourquoi le choix est identique au faire, pourquoi il faut un commencement d’action pour que la liberté réside dans le domaine du vouloir.

Sartre expose d’abord une définition largementrépandue de la liberté, qu’il nomme « concept empirique et populaire » à la ligne 5. Cette vision de la liberté renvoie à deux éléments importants. Tout d’abord, le concept dit populaire renvoi « sens commun » dont il fait allusion à la ligne 1. Il s’agit de ce qui est le plus répandue dans notre société, de l’avis de la liberté que l’on se fait de façon intuitive. La plupart des individus pensent,que la liberté est « empirique » et consiste à réussir de ce que l’on entreprend. Sartre nomme cette réussite « faculté d’obtenir les fins choisies » à la ligne 7. Donc, l’avis générale perçoit la liberté comme pouvoir faire ce que bon nous semble. Cependant cette vision n’est pas infondée. En effet, elle s’appuie sur l’empirisme, en d’autres termes « l’expérience », soutenu par des « circonstanceshistoriques, politiques et morales » (ligne 6). Les circonstances historiques, comme les grandes dictatures, telle que l’URSS de Staline, semblent montrer qu’être libre réside dans l’action, dans le fait de pouvoir réaliser nos envies sans en être empêché. Quant aux circonstances politiques, la démocratie semble s’être imposé au cours du temps comme le régime le plus adapté aux hommes. Il est leplus largement répandu dans le monde, or, il offre de nombreuses libertés d’action telle que la liberté d’association ou d’expression. Enfin, les circonstances morales appuient cette définition de la liberté en intervenant de façon individuelle. Nous nous imposons nous-mêmes les lois morales, nous choisissons de les suivre, c’est un choix individuel. Nous y sommes donc plus sensibles qu’à une...
tracking img