Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1601 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique & Commentaire : L'étranger : Albert Camus.
# C'est un combat non pas avec l'Arabe, mais avec le soleil.
# Enchaînement des événements.

1. L'interprétation psychologique : Le soleil de l'enterrement, image du temps immobile

2. Le soleil comme destin tragique : Toutes les images liées à l'évocation de l'apocalypse, vocabulaire qui évoque le lyrisme de Noces.

Unefois de plus un élément extérieur, ici la personnification de la chaleur, montre à quel point elle est devenue atroce. (« son grand souffle chaud »).

C'était le même soleil, la même lumière sur le même sable qui se prolongeait ici.»

Le temps semble de toute façon s'être même immobilisé: « il y avait deux heures que la journée n'avançait plus, deux heures qu'elle avait jeté l'ancre dans unocéan de métal bouillant ».

Meursault lui-même renvoie cette journée à une autre ayant eu lieu au début du roman. « C'était le même soleil que le jour où j'avais enterré maman. » comme si le temps n'avait pas avancé.

nombreuses métaphores et personnifications de la mer (( océan de métal bouillant» « la mer haletait de toute la respiration rapide et étouffée de ses petites vagues» « vibranted~ soleil» « murmure de son eau ») Le décor est ainsi presque un personnage à part entière de la scène. (

l

La lumière joue un rôle important puisqu'elle trouble la vision de M. L'aveuglement tient une place importante dans la scène.

Le mot « soleil » est d'ailleurs répété huit fois dans le passage, comme pour l'accuser de la responsabilité des faits.

La chaleur a aussi un rôle dansle meurtre. C'est un élément vivant dans le passage; les verbes d'action soulignent son influence néfaste « se pressait derrière moi» « s'opposait» . « s'appuyait». La brûlure assimile le perso à une victime C'est cette brûlure qui l'oblige à avancer vers l'Arabe. Le lien logique établi par l'expression « à cause de» montre bien la relation de cause à effet entre chaleur et premier pas versl'Arabe. S'ajoute à cette chaleur « le voile épais» de la sueur qui coule d'un coup sur les paupières.

Le narrateur est dans l'incapacité à discerner ce qu'il voit et ressent, ce qui va le conduire à l'irréparable.

B - Une figure du châtiment divin

Une force transcendante semble peser sur le personnage. Un champ lexical indique ce rapprochement « glaive, lame étincelante, ciel». Le textesouligne que c'est le front qui est touché, ce qui prouve que l'agression frappe en un point vital du corps.( lame ... qui m'atteignait au front» « les cymbales du soleil sur mon front») Le vocabulaire et certaines expressions concourent même à évoquer la fin du monde, l'Apocalypse: « océan de métal bouillant» « la mer a charrié un souffle épais et ardent» « tout a vacillé» « il m'a semblé que le ciels'ouvrait sur toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu. »

De plus il transforme la réalité: « les cymbales du soleil », « la lumière a giclé ». « C'était comme » montre Qu'il joue à métamorphoser le réel.

On a l'impression que c'est le corps qui a réagi sous la pesanteur de l'environnement, et que ce n'est pas le personnage.

la menace d'un environnement hostile pèsent sur le romancomme une fatalité.

Le lendemain, il va se baigner et rencontre Marie, une jeune femme pleine de vie et de gaieté : «elle avait une belle robe à raies rouges et blanches […] le brun du soleil lui faisait un visage de fleur » p.53. Un jour, Raymond invite Meursault et Marie sur la plage, chez d’autres amis, et, sous un soleil de plomb … Le vocabulaire est populaire : «ça tape. » p 26. Onapprécierait par contre quelques dialogues qui dynamiseraient le récit. Le style de Camus , à l’aide de passages au discours indirect, arrive néanmoins à ses fins : c’est-à-dire nous baigner dans la torpeur. Il évoque aussi cette torpeur à l’aide de répétitions incessantes sur la chaleur et le soleil : « il faisait très chaud » p 8 : « Le soleil[…] commençait à chauffer mes pieds » p 21 : « la brûlure...
tracking img