Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3196 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
THÉÂTRE ET REPRÉSENTATION

QUESTION : En prenant appui sur tous les documents (textes et photographies), présentez les différents choix d’interprétation de Dom Juan proposés et justifiez-les par un exemple pris dans le texte de la pièce (une scène, un passage ou une réplique).

Dom Juan, pièce de théâtre de Molière représentée pour la première fois le 15 février 1665 a aujourd’hui intégréles répertoires des plus grands metteurs en scène contemporains. L’organisation matérielle d’une représentation s’appuie sur plusieurs éléments à la discrétion du metteur en scène. Cependant, ce dernier se doit, d’une façon ou d’une autre, de montrer le lien qui existe entre sa mise en scène et la pièce originale. Aussi peut-il être amené à justifier ses choix d’interprétation.
Tout d’abord, lamise en scène de Philippe Caubère s’apparente à une véritable comédie “tout à fait convaincante” (Document 1). Le choix du décor - celle “d’un théâtre du XVII° siècle” - et d’un public “populaire” est clin d’œil à Molière, qui, lui aussi, s’adressait au peuple. Le “style bouffon, baroque et gesticulant” est tout à fait approprié à la pièce dans la mesure où celle-ci s’éloignait du théâtre classiqueau profit d’une vision plus libre. De plus, le caractère libertin de Dom Juan s’accorde tout à fait avec cette dimension baroque. Le style bouffon et clownesque apparaît aussi dans la réplique de Dom Juan au raisonnement de Sganarelle défendant la religion : “Bon ! Voilà ton raisonnement qui a le nez cassé.”. Et cette chute n’est pas sans donner une impression quelque peu burlesque, quidiscrédite le raisonnement et le tourne en farce. La dimension “iconoclaste” apparaît aussi tout au long du texte de Molière, notamment dans la tirade du donjuanisme à l’acte I, scène 2, où le protagoniste dresse un réquisitoire contre la fidélité. Par ailleurs, faire de Dom Juan un “minet cavalcadeur et caracolant qui fait le flambard”, stigmatise le caractère désinvolte et libertin du personnage deMolière, à l’image de sa stratégie de séducteur, qui, dans la tirade du donjuanisme, apparaît sous la métaphore filée d’une conquête. À travers l’ironie, Caubère met en scène un Dom Juan qui “tient à peine sur ses jambes” , interprétation qui souligne que le personnage est prisonnier de son libertinage : il “cède facilement à cette violence dont [la beauté] l’entraîne” (Acte I, sc. 2). La mise en scènede Sganarelle en un personnage “aux gestes empruntés du clown (...), dépossédé du langage” traduit la pensée confuse du personnage et la forme de son langage qui est la fratrasie, à l’image de son faux raisonnement en faveur de la religion à l’acte III, scène 1.
Ensuite, la mise en scène de Bluwal insiste sur le lien très fort entre Dom Juan et son valet Sganarelle. Ce dernier incarné par ClaudeBrasseur, “jouait l’admiration” (Document 2) à l’image de cette réplique du valet “Vertu de ma vie, comme vous débitez” (Acte I, scène 2). Ce lien entre les deux personnages s’exprime tout au long de la pièce de Molière puisqu’ils apparaissent systématiquement ensemble. En effet, les deux personnages semblent indissociables, comme le montre la scène 1 de l’acte III où ils cherchent l’un commel’autre à se mesurer : ils sont le double l’un de l’autre.
Enfin, la mise en scène de Planchon met en valeur le libertinage religieux de Dom Juan exprimé par Molière dans la scène 1 de l’acte III. Les “cinq jeunes femmes habillées en mariées” peuvent symboliser les conquêtes amoureuses de Don Juan. Le prologue de Planchon montre Dom Juan qui “plante une hache” dans un cercueil : cette mise en scènerévèle l’athéisme de Dom Juan et son irrespect du culte religieux. Ce cercueil, qui pourrait bien être le sien, symbolise la mort qui l’attend, et la punition de ses pêchés, ce qu’il ne veut reconnaître. Ainsi, dans la scène V de l’acte III, Dom Juan ne veut pas reconnaître le mauvais présage lié à la statue du Commandeur. La photographie montrant le Christ en bois traduit la vision baroque...
tracking img