Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (513 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Un soir, ils allèrent ensemble au Théâtre-Italien. Ils n'avaient seulement pas regardé l'affiche. Ils voulaient voir une grande tragédienne italienne, la Ristori, qui faisait alors courir tout Paris,et à laquelle la mode leur commandait de s'intéresser. On donnait Phèdre. Il se rappelait assez son répertoire classique, elle savait assez d'italien pour suivre la pièce. Et même ce drame leur causaune émotion particulière, dans cette langue étrangère dont les sonorités leur semblaient, par moments, un simple accompagnement d'orchestre soutenant la mimique des acteurs. Hippolyte était un grandgarçon pâle, très médiocre, qui pleurait son rôle. « Quel godiche ! » murmurait Maxime. Mais la Ristori, avec ses fortes épaules secouées par les sanglots, avec sa face tragique et ses gros bras,remuait profondément Renée. Phèdre était du sang de Pasiphaé, et elle se demandait de quel sang elle pouvait être, elle, l'incestueuse des temps nouveaux. Elle ne voyait de la pièce que cette grande femmetraînant sur les planches le crime antique. Au premier acte, quand Phèdre fait à Oenone la confidence de sa tendresse criminelle ; au second, lorsqu'elle se déclare, toute brûlante, à Hippolyte ; et,plus tard, au quatrième, lorsque le retour de Thésée l'accable, et qu'elle se maudit, dans une crise de fureur sombre, elle emplissait la salle d'un tel cri de passion fauve, d'un tel besoin devolupté surhumaine, que la jeune femme sentait passer sur sa chair chaque frisson de son désir et de ses remords. « Attends, murmurait Maxime à son oreille, tu vas entendre le récit de Théramène. Il a unebonne tête le vieux ! » Et il murmura d'une voix creuse : À peine nous sortions des portes de Trézène, Il était sur son char... Mais Renée, quand le vieux parla, ne regarda plus, n'écouta plus. Lelustre l'aveuglait, des chaleurs étouffantes lui venaient de toutes ces faces pâles tendues vers la scène. Le monologue continuait, interminable. Elle était dans la serre, sous les feuillages ardents,...
tracking img