Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2377 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire :

Dès sa création l’homme a immédiatement été confronté au monde. Il a donc dès l’âge le plus primaire de l’humanité été question de son rapport aux choses, ces choses extérieurs qu’il peut percevoir grâce à ses sens. Si on regarde à l’échelle d’une vie humaine, peu après notre naissance, nous prenons la aussi conscience de ce monde qui nous entoure. Par monde, j’entends cettemultitude de choses, objets de notre perception. Nous pouvons définir notre perception comme êtant un phénomène, une aptitude qui nous lie avec notre monde sensible , elle consiste en premier lieu par un receuil de l’information sensorielle puis par un traitement de cette information « je ressens de la chaleur, il fait chaud » .Ma référence ci haut à l’homme préhistorique est intéressante dans lamesure ou elle rend compte d’une idée recue, en effet, nous considérons tous que notre rapport au monde est parfaitement régit par notre faculté de perception et que par conséquent notre question du rapport au monde a été réglé il y’a longtemps et, inconsciemment, nous avons tendance à suivre le raisonnement suivant : « je sais que la chose que je percois est vrai puisque je la percois ». Mais ceque nous percevons est il forcement le reflet de la réalité ? Après tout l’homme a modelé son monde à son image, il a rendu les objets qui l’entouraient ses instruments, mais peut on saisir les choses qui nous entourent telles qu’elles sont , sans les rattacher à une quelconque activité de l’homme ? en avons-nous les moyens ? et puis n’y a-t-il pas des déterminismes durant mon education qui ontorienté ma capacité à percevoir ?
Dans son ouvrage Le Rire, Henri Bergson , philosophe spiritualiste du début du 20 ème siècle étudiera le rapport que l’homme entretient avec son monde en traitant de la perception humaine. Nous nous attacherons à expliciter et à mettre en perspective le raisonnement de l’auteur : Nous verrons donc tout d’abord dans quelle mesure Bergson considère la perceptioncomme conventionnelle, institutionnalisé puis nous verrons les effets perverts de ce rapport sur les choses dénoncés, ce qu’il a pour effet sur nous-mêmes, sujets conscients, et enfin nous essaierons de mettre en valeur les enjeux de cette question.

« Nous ne voyons pas les choses mêmes », telle est la thèse que Bergson exposé dès la première phrase de son explication mais qu’entend il par la ?Qu’est ce que ne pas voir les choses « mêmes » ? Il faut comprendre par là que nous ne percevons pas les choses, les éléments qui nous sont extérieurs , tels qu’ils sont .Ce ne serait pas la réalité des choses que nous percevons. La première interrogation est comment se fait ce ? Est ce car nous en sommes incapables ? L’auteur poursuit alors par « nous nous bornons à lire des étiquettes colléessur elles », le verbe « borner » ici traduit le caractère volontaire, nous ne percevons pas la réalité car nous ne voulons pas la percevoir , les étiquettes dont il est question est ce sur quoi notre conscience se fixe. Pourtant une étiquette ne traduit en rien l’identité de la chose sur laquelle elle se fixe ,si nous prenons ce terme au premier degré, qu’est ce qu’une étiquette sinon un morceaude papier le + souvent sur lequel il est indiqué quelques informations sommaires sur l’objet en question, la perception d’une étiquette ne permet pas de saisir l’objet dans son caractère le + complet , c’est un simple repère. Nous avons alors la un constat de notre perception en tant que perception artificielle et incomplète qui ne saisit qu’une particularité de la chose sur laquelle elle se fixe.Cependant d’où vient cette faillite de notre perception ? Pourquoi décider volontairement de nous détourner de la réalité, de faire abstraction de son caractère entier ? Quelle est la raison de cette cessité volontaire ?. Bergson apporte alors des éléments de réponse après avoir dresser un constat , selon lui la raison de ce mode de perception est « issue » du besoin .Pour comprendre cette...
tracking img