Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2109 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Alcools, « La chanson du Mal-Aimé », strophes 1 à 5

En 1901, Guillaume Apollinaire est engagé comme précepteur d’une jeune fille de la noblesse allemande, vivant en Rhénanie. Là, il tombe amoureux d’Annie Playden, la gouvernante anglaise. Celle-ci répond d’abord à son amour, puis reprend sa parole et rentre dans son pays. A deux reprises, Apollinaire la poursuit jusqu’à Londres, en novembre1903, puis en mai 1904. Ces voyages seront vains.
Le titre de « La Chanson du Mal-Aimé » présente d’emblée un néologisme, le « Mal-Aimé », mot créé par l’auteur sur le modèle de « bien-aimé » et s’opposant à lui. Le « Mal-Aimé » est le seul nom donné ici au protagoniste.
Le poème commence par un récit à la première personne, utilisant le passé simple et l’imparfait. Un soir, dans le brouillard, àLondres, le Mal-Aimé croit voir venir à sa rencontre la femme qu’il aime. Mais il rectifie son erreur : il ne s’agit que d’un voyou qui lui lance un regard méprisant et s’en va. Pourtant, le Mal-Aimé se lance en vain à sa poursuite, tout en affirmant la persistance de l’amour qu’il éprouve pour cette femme. Il fait alors une deuxième rencontre, celle d’une femme saoule au regard dur. Elleressemble aussi à celle qu’il aime, mais on dirait aussi une prostituée. Il prend alors conscience de « La fausseté de l’amour » (v. 25), sentiment qui promet ce qu’il ne peut tenir.
Nous étudierons successivement la présentation des personnages, puis le ton et le décor, qui suggèrent d’abord un univers de rêve puis un monde de cauchemar, et enfin l’expresion du lyrisme, qui mêle tradition et invention.I) Présentation des personnages

1) Les deux protagonistes et les deux personnages rencontrés
L’homme qui dit « je » n’a de nom que dans le titre. C’est lui qui raconte l’histoire et qui l’a vécue dans un passé indéterminé, « Un soir (…) à Londres » (v. 1). La femme, qui fut « bien aimée » (v.12), n’est pas davantage nommée. Elle apparaît d’abord comme « tu » dans le discours du Mal-Aimé(monologue intérieur de la strophe 3 qui en fait d’adresse à elle). Elle est ensuite désignée par le pronom de troisième personne « lui » dans la reprise du récit (« Une femme lui ressemblant », v. 20.
Elle n’est pas présente directement dans l’épisode raconté, mais les deux personnages rencontrés, le voyou et la femme saoule, l’évoquent par la ressemblance explicite :
« Un voyou qui ressemblait àMon amour… (v. 2-3).
Une femme lui ressemblant (v. 20). »
Cette ressemblance est particulièrement forte lors de la première rencontre. En effet le vers 3 : « Mon amour vint à ma rencontre » peut se lire de manière autonome, sans tenir compte du lien syntaxique qu’il a avec le vers précédent.
On note le caractère déplaisant des deux personnages rencontrés : le voyou, la femme saoule,appartiennent, par tradition, à la grande ville corrompue dans les romans du XIXème siècle (ceux de Balzac ou de Zola). Par ailleurs leur attitude ou leur apparence témoignent de leur mépris ou de leur corruption : le regard du mauvais garçon contraint le Mal-Aimé à baisser les yeux de honte » (v. 5). Quant à la femme au « regard d’inhumaine », une « cicatrice » abîme « son cou nu ».

2) Lesréactions du Mal-Aimé
Pourtant, le Mal-Aimé, bien que frappé de honte, se lance obstinément à la poursuite du mauvais garçon, comme sous l’effet d’un envoûtement magique. Et, simultanément, il affirme sa fidélité à la femme qui lui rappelle ce voyou. On voit ainsi à l’œuvre une conception particulière du sentiment amoureux : c’est ici un assujetissement ; le Mal-Aimé ne peut s’empêcher de suivre levoyou en dépit de l’humiliation éprouvée.
Néanmoins, la deuxième rencontre provoque chez le jeune homme un changement radical : il rejette l’amour. Pourquoi cela ? C’est que, d’abord, la ressemblance de la femme saoule avec la femme aimée est très nette : même « regard », même « cicatrice » (v. 21-22). Ensuite, la déchéance est totale : cette femme est méprisable (« saoule », « taverne » v. 23),...
tracking img