Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (578 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE : Le club des incorrigibles optimistes

Les romans se plaisent à représenter des lecteurs et l’impact que leur lecture exerce sur eux. Ainsi, dans le roman le club des incorrigiblesoptimistes(2009) de Jean-Michel Guenassia, le narrateur, un jeune lycéen nommé Michel, décrit sa passion dévorante pour la littérature russe. Nous allons voir d’abord que ce texte fait apparaître unrapport passionnel aux romans, puis les conséquences et les dangers que recèle cette passion. Enfin, nous analyserons le regard amusé que porte le narrateur sur cet amour.

Cette passion pour la lecturen’est pas sans conséquences ni dangers sur la vie du narrateur. On voit d’abord que la vie familiale est perturbée par cette frénésie de lecture avec le champ lexical de l’irritation qui évoque lesréactions de ses parents. Les expressions « elle ne supportait pas » (l.6), « ça énervait » (l.3) ou « horripilait » (l.11) montrent bien la tension que crée le lecteur sur la vie familiale avec seslivres. Cette irritation va jusqu’à l’agressivité : les termes « m’avait arraché » (l.7), « tambourinaient » (l.13) ou « coupait l’électricité » (l.10) prouvent que les parents doivent employer lesgrands moyens pour attirer l’attention de leur fils et qu’ils perdent un peu maîtrisé d’eux-mêmes. Cette passion mène aussi à une rupture avec le rythme scolaire. Le mot « retard » est employé à septreprises dans le texte, ce qui souligne bien l’impossible ponctualité du narrateur dès lors qu’il tient un livre. De plus, le mot « colle » est lui aussi récurrent. Il est associé à l’idée de multitude,avec par exemple « colles à pelle » (l.17-8) ou encore une « ribambelle de colles » (l.34), soulignant à quel point ces sanctions sont répétitives et sans effet. On voit aussi que le jeune homme estdéconnecté des adultes qui l’encadrent au lycée. La périphrase péjorative « ces abrutis censés nous éduquer » (l.19) montre bien le mépris du narrateur pour ses professeurs. En outre, ses cours se...
tracking img