Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1228 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire Composée Maison
Aimé Césaire, « Cahier d’un retour au pays » 1947
* Comment dans ce texte le lyrisme se met-il au service de l’éloge et de la polémique ?
Le Lyrisme Classique se traduit par une exaltation des sentiments la plupart du temps sur un mode musical. Dans ce texte datant de 1947 (Mouvement Contemporain), L’Auteur Aimé Césaire cherche à dénoncer le systèmed’esclavage tout en faisant un éloge de la révolte et du soulèvement de ceux-ci. Et pour cela, il n’hésite pas à se servir d’envolée lyrique donnant ainsi à la poésie un rythme plus vivant. Mais voyons de plus prés comment et par quels procédés le poète met le lyrisme au service de la polémique et de l’éloge.

• Les premières lignes du texte présente les esclaves commede « bon nègre » obéissant et serviable (notons ici l’ironie de l’auteur puisqu’il est lui-même noir). Ils acceptent sans se plaindre ; comme montrer à la ligne 4 « …accepter qu’une fatalité pesait sur lui… » Et à la ligne 7 «…sans curiosité perverse de vérifier … » ; les mauvais traitements qu’ils subissent (ligne 12 : « Et on lui jetait des bouts de ferraille, des pierres … »). Leur indifférencevoir passivité face à de tels injustices est presque critiquée par l’auteur qui implicitement dénonce le manque de prise de conscience et d’individualité des esclaves (comme par exemple à la ligne 9 : « Et il ne lui venait pas à l’idée qu’il pourrait houer, fouir …., tout autre chose que la canne insipide ») Le poète manifeste même par des phrases au discours direct : « Je dis hurrah » (ligne 2)son soutien de la révolte et du changement . La chute du portrait aboutie à une prise de conscience de leur part et au début du soulèvement contre l’oppression des colons. Nous pouvons même dire que ce portrait pas très valorisant des esclaves est une sorte de provocation pour les emmener à ce rebeller. L’acharnement et la détermination dont ils font preuve au début de la rébellion, leur vautd’être animalisés par métaphore la ligne 20 où ils sont comparés à un « ténia » parasite… Mais A travers ces descriptions anaphoriques et légèrement ironique (notamment à cause de la répétition de Je dis hurrah » et « C’était un bon nègre »), Aimé Césaire critique aussi le rôle de la religion et des Européens dans la mise en servitude des nègres.
La notion même d’esclavage ne peut être, à cette époqueencore, évoquée sans parler de l’évangélisation qui était « soit disant » la mission première des colons … Or dans le texte l’éducation religieuse des esclaves est vu comme mauvaise puisque les colons réadaptent la religion pour assurer au noirs leur appartenance à une « sous espèces » voir pour leur enlever leur statut d’être humain. Ainsi à la Ligne 5/6, le Seigneur (qualifié de « méchant »)aurait lui-même approuvé la « nature pelvienne » inférieur des esclaves … Cet exemple illustre bien le « bourrage de crâne » subit par les esclaves noirs (prouver par les lignes 4 à 7 « On avait fourré dans leur pauvre cervelle ……et de croire honnêtement à son indignité » ; notons ici le caractère péjoratif de l’adjectif « pauvre » marquant encore une fois l’ironie du poète). Les Maitres (1)Européens assurent ainsi leurs « contrôles des destins » (ligne 5) et pense écarter toute envie de résistance. Seulement à force de mauvais traitements et violences sur les noirs (ligne 4 : « blessé poitrine et dos ; ligne 12 : « jetait pierres, bouts de ferraille, tessons de bouteilles … » ; ligne 24 : prend le plus braillard, le jette à la mer ou le livre à ses molosses… »), Ce sont eux-mêmes qui vontréveiller des envies de rébellion dans l’esprit des esclaves. Ce qui est important de noter ici, c’est que le poète cherche à attirer notre attention sur la cupidité des colons qui utilisent la religion (d’une Eglise pas vraiment contre fin de la controverse de Valladolid) pour asservir le peuple noir. Il ouvre ainsi sur une polémique …
L’enjeu de ce texte a beau être dénonciateur, Aimé...
tracking img