Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1114 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Français - DM3

L’élégance du hérisson, Muriel Barbery

Muriel Barbery est une romancière française qui a su envoûter un grand nombre de lecteurs grâce à L’élégance du hérisson, roman écrit en 2006, qui a reçu de nombreux prix littéraires dont le prix des librairies en 2007.
Dans ce recueil, Muriel Barbery nous dévoile ses goûts à travers une histoire anecdotique. Le passage étudié concernele premier chapitre de ce roman où l’on découvre Renée, un personnage à multiple facettes.
On peut donc se demander si Muriel Barbery n’a pas voulu la complexité des êtres et nous dire qu’il ne faut pas se fier aux apparences?
Ainsi, nous verrons dans un premier temps la façade impersonnelle de Renée par le biais de son comportement fidèle au stéréotype de la concierge et de ses faits et gestespour ne pas éveiller les soupçons. Ensuite nous étudierons sa personnalité « clandestine » riche en connaissance mais vécue atour d’un réel complexe et de la solitude.

Dans un premier temps nous allons donc étudier la façade impersonnelle de Renée.
Tout d’abord, elle utilise un présent de vérité générale qui souligne que tout ce qu’elle dit est évidant.
D’après ses dires, puisqu’elle parleà la première personne du singulier, elle alimente volontairement le cliché de la concierge.
Pour elle, le stéréotype de la concierge est établit à partir de plusieurs caractères qui sont cités comme des commandements. Elle en cite des exemples comme le physique: « vielles, laides et revêches » (l 21-22), la possession de « gros chats velléitaires qui somnolent tout le jour sur des coussinsrecouverts de taies au crochet » (l 24-25), elles passent leurs journées « vautrées » (l 78) devant la télévision, ou encore elles cuisinent des mets dit à ses yeux « infâmes » (l 32). Nous observons bien dans cette citation de clichés, une certaine ironie qui nous fait prendre conscience qu’elle ne fait pas ces choses par envie mais seulement pour ne pas éveiller les soupçons et pour que personne ne sedoutent que sous ses airs de concierge revêche se cache une personne cultivée à l’intelligence brillante.

En effet, elle cultive cette « fausse » vie par des faits et gestes astucieux. Elle allait chez le boucher acheter de la viande et cuisinait des mets traditionnelles comme le cassoulet, le pot au feu ou encore la soupe aux choux uniquement pour que l’odeur se répandent dans le hall cartoute cette nourriture elle la donnait à son chat, Léon, qui se faisait un plaisir de s’en « empiffrer » (l 48). De plus étant donner que ces mets avaient une odeur pesante, elle pouvait sans crainte faire ses propres inclinations culinaires.
Elle nous confit aussi son coup de bluffe concernant la télévision: elle avait une télévision dans sa pièce principale de sorte à ce que les gens passantdans le hall, puisse entendre un son étouffé, et dans sa pièce du fond elle avait acheté une autre télé ou elle regardait ce qu’elle aimait.
Après cette analyse, on remarque donc que Renée n’est pas la concierge revêche et stupide qu’elle fait paraître, mais plutôt une femme intelligente et malicieuse, comme cachée derrière un masque.

Tout au long de ce chapitre, nous découvrons les deux piècesdans lesquelles elle loge. Ces espaces sont comme une représentation des deux facettes de Renée. L’une près du hall qui masque son vrai visage, et l’autre en retrait, appelée « cachette » qui est celle où Renée passe tout son temps avec des activités et loisirs qu’elle aime vraiment.

Dans un deuxième temps, nous allons étudier la personnalité « clandestine » de Renée.
Nous pouvons releverqu’elle se caractérise tout d’abord par un réel complexe:
En effet dès le début du récit, Renée emploi envers elle-même un vocabulaire péjoratif et peu flatteur: « laide, grassouillette, j’ai des oignions aux pieds […], une haleine de mammouth. » (l 5 à 7). Elle se décrit aussi comme pauvre, insignifiante et peu aimable.
Cependant nous remarquons que ses coups de « bluff » décrient précédemment...
tracking img