Commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4894 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Envoyé par Sophie.
Commentaire sur un texte du Jeu de l’Amour et du Hasard de Marivaux.

Le jeu de l’amour et du hasard est une comédie de Marivaux créée par les comédiens Italiens le 23 janvier 1730. Lors de sa représentation, cette pièce rencontra un franc succès auprès du public ; elle fut jouée de nombreuses fois. Elle est aujourd’hui considérée comme l’un des chefs-d’œuvre deMarivaux. Cette comédie en prose se divise en trois actes. L’objet de cette pièce est la reconnaissance de deux amours propres et l’avènement de l’amour entre eux. Pour cela Marivaux utilise les ressorts du travestissement et la mise en scène d’acteurs spectateurs. M.Orgon, père de Silvia et le père de Dorante se sont entendus pour unir leurs deux enfants à condition qu’ils se plaisent tous deux nousdit-il I, 2
« Dans le dernier voyage que je fis en province, j’arrêtai ce mariage-là avec son père, qui est mon intime et ancien ami ; mais ce fut à condition que vous vous plairiez à tous deux, et que vous auriez entière liberté de vous expliquer là-dessus »
La pièce commence à l’annonce de la visite de Dorante à sa future belle-famille. Silvia demande à son père une faveur : cellede prendre l’habit de Lisette, sa soubrette, pour observer son prétendant ; ce qu’elle ne sait pas et que nous apprend son père informé par une lettre du père de Dorante, c’est que Dorante a demandé la même chose au sien. Les deux jeunes gens vont donc se rencontrer sous l’habit d’un valet et d’une soubrette, à leur insu, sous le regard attentif de Mario, frère de Silvia mis dans le secret et de M.Orgon, son père. De ce fait tout au long de la pièce, va se dérouler une comédie à plusieurs niveaux avec
• d’une part un couple d’acteurs spectateurs : Mario et M.Orgon
• et d’autres part deux couples : Lisette et Arlequin miroir de Dorante et Silvia.
La scène 9 de II que nous allons étudier est un dialogue entre Silvia en soubrette et Dorante en valet. Dans la scène quiprécède, Silvia et Lisette se sont disputées à propos de Dorante et d’Arlequin. Silvia est hors d’elle car Lisette lui fait prendre conscience de ses sentiments pour Bourguignon / Dorante.
Lecture.
Le passage se situe donc au moment où après un bref échange de banalités par lesquelles Silvia espère maintenir Dorante à distance, celle-ci s’emporte devant l’entêtement de celui-ci. Cetextrait est donc un dialogue qui se déroule en 4 mouvements :
• 0 à 25 . Silvia exaspérée s’emporte dans deux tirades qu’elle assène à Dorante
• 26 à 44. On assiste à un nouvel échange de propos d’une apparente banalité à la suite desquels Dorante annonce son départ.
• 45 à 59. Dorante tente de se justifier auprès de Silvia.
• 60 à la fin. Dorante se fait pressant etdemande à Silvia des preuves de son non amour.

Nous allons donc voir comment dans cet extrait on observe une progression de l’intrigue avec une Silvia qui ne maîtrise plus que très difficilement ses émotions et qui tente d’éviter une confrontation avec Dorante en lui assenant des paroles terribles. Puis elle s’apaise et tente de revenir à une conversation réglée en reprenant le dialogue surdes bagatelles. Mais l’adieu prononcé par Dorante et repris par Silvia les plonge tous deux dans les pires souffrances. Une souffrance à laquelle Dorante ne peut résister et qui se traduit par un « hélas » qui marque le début de la montée d’un désespoir qui le fera se jeter aux genoux de Silvia.
Dans ce 1er mouvement qui commence par le « tiens, Bourguignon » (l.1) de Silvia et se termine parle « ah !ma chère Lisette que je souffre ! » (l.25) de Dorante, on observe un affrontement entre deux sensibilités qui s’expriment dans deux discours très différents.
Silvia nous montre l’exaspération et la confusion qui règnent dans son esprit. Elle pose un ultimatum à Dorante en utilisant une proposition adverbiale « une bonne fois pour toutes » (l.1) qui n’admet pas l’alternative....
tracking img