Commentaires "les obsèques de la lionne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (810 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire sur "les Obsèques de la
lionne"

I- Un récit plaisant :
A) Un récit vivant :

Dans "les obsèques de la lionne", les différents procédésd'écritures donnent du relief et rendent vivant le texte. Tout d'abord, l'aternance des vers est présente, qui sont ici une variation entre les octosyllables et les alexandrins. On peut égalementconstater une alternance entre des rimes suivies, les rimes croisées et les rimes embarrassées, ce qui donne encore plus de rythme au récit. Mais pour rendre ce texte bien plus vivant, l'auteur emploiedes verbes de paroles et utilise différents discours, indirect ,mais le plus souvent on trouve le discours direct. Les dialogues nous donnent l'impression de faire face à une scenette de théâtre, cequi emplifie l'action et donc le rythme du récit.

B) Un texte qui tend à susciter la surprise :

Le fabuliste joue avec le lecteur sur deux plans. En premier lieu, il le met en haleine àpartir du vers 17 à 23. Le lecteur, qui connaît déjà la situation initiale, s'attend à découvrir l'élément perturbateur de l'histoire. Mais l'auteur dévoile la moralité dans le coeur du texte. Le plussouvent dans les fables de La Fontaine, la moralité qui est "la loi du plus fort est toujours la meilleure" est présente. Le lecteur pense donc à la mort du cerf. Seulement, il y a un renversement desituation. Le cerf, qui aurait normalement dû être chatié, esquive le conflit et sauve sa vie. Ce changement du schéma narratif provoque un effet de surprise.

C) La place de l'humour :Dans le texte, l'humour est présent. Dès le début, un décalage est créé entre un ton léger et un ton grave. Le ton léger correspond aux animaux, quant au ton grave, il correspond à la mort de lareine: cela crée un effe de redondance. Ensuite l'humanisation des animaux créé un auttre décalage. Par exemple, avec la référence à la Bible. Dans le texte, le cerf lit la Bible. Pour finir, le fait...