Commentaires

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (387 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Voltaire et l'Angleterre

En 1726, Voltaire, de son vrai nom François Marie Arouet, a été amené à fuire en Angleterre à cause d'une altercation avec un noble. Pendant son séjour là- bas, ilrencontre les intellectuels les plus importants du pays. Il fut impressionné par la monarchie parlementaire qui donne place à la bourgeoisie et accorde également une grande liberté de pensée, ainsi que parla grande liberté d'opinion. Il fut profondément influencé par Isaac Newton et John Locke. Quand il fut autorisé à rentrer en France, Voltaire assura sa situation financière puis poursuivit sa carrièrelittéraire en ayant pour but de célébrer l'Angleterre pour critiquer la France, d'établir la vérité, et de la publier dans ses oeuvres afin d'agir pour la réforme de la société.
Les Lettresanglaises issues de notes prises pendant son exil, sont publiées en 1734. Dans la lettre X, intitulée "Sur le Commerce", Voltaire fait l'éloge du commerce anglais, de ses bienfaits et de ce qu'il a apporté àla nation anglaise. Selon lui, le commerce a contribué à la liberté du peuple anglais, et cette liberté a elle-même contribué à l'essor du commerce. C'est également le commerce qui a donné àl'Angleterre sa très grande richesse, et sa très grande puissance navale malgé son apparence pauvre:
«Le commerce qui a enrichi les citoyens en Angleterre, a contribué à les rendre libres, et cette liberté aétendu le commerce qui a établi peu à peu les forces navales par qui les Anglais sont les maîtres des mers.»
Mais, dans cette lettre, Voltaire en profite aussi pour parler de l'influence de ce paysdans les conflits du temps. Et enfin, il critique la France et l'Allemagne qui méprisent les négociants et attachent une importance éxagérée à la noblesse.
Voltaire est élogieux sur l'Angleterre àpropos de la liberté politique et religieuse, dûe au progrés:
«S’il n’y avait en Angleterre qu’une religion, la discipline serait à craindre ; s’il y en avait deux, elles se couperaient la gorge, mais...
tracking img