Commerce international francais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1043 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES FORCES ET FAIBLESSE DU COMMERCE INTERNATIONAL FRANÇAIS EN 2010

Introduction

Depuis 2003, la balance commerciale de la France enregistre un déficit commercial. Ce dernier devrait atteindre 47,6 milliards d’euros sur l’année 2009 selon les prévisions du gouvernement. Effectivement la France se trouve confrontée à d’énormes faiblesses dans son commerce extérieur malgré la présenced’avantages certains.

Quelles sont les forces et les faiblesses du commerce extérieur français ?

Le commerce extérieur français correspond aux échanges de biens et services qui existent entre la France et les autres pays.
Pour répondre à cette problématique, dans une première partie nous développerons les forces du commerce extérieur français, pour ensuite nous attacher, dans une seconde partie àanalyser ses faiblesses.

I) Les forces du commerce international français :

Au premier semestre 2010, les ventes à l'étranger hexagonales ont progressé de 10% par rapport à la même période un an plus tôt, et de 6% par rapport au deuxième semestre 2009. Pas de quoi compenser le montant des importations, pénalisées par la facture énergétique : le déficit commercial de la France s'est creuséau premier semestre à 24,5 milliards d'euros.
Mais ces résultats positifs témoignent de la bonne santé de quelques géants nationaux, capables de répondre à la demande exponentielle des pays émergents.  
Voici trois secteurs qui font la force du commerce extérieur français :

Aéronautique : Airbus accumule les commandes

Sur 10 milliards d'euros de contrats signés cette année avec les paysémergents, l'aéronautique en a gagné la moitié. Après deux semestres de baisse, les ventes se sont redressées de 10,4%, dépassant leur niveau d'avant-crise. Moteur de cette dynamique, Airbus a livré au premier semestre 250 appareils et conserve sa place de leader devant son concurrent américain Boeing. Des livraisons tirées par le succès des A320 - 201 modèles vendus - suivis par une quarantaine degros porteurs et 7 modèles d'A380.
La compagnie Emirates, devenue l'arbitre du match Airbus/Boeing, lui a donné un coup de pouce inespérée par la commande de 32 A380 au salon de Berlin. Depuis, Airbus est sur un petit nuage. L'avionneur a déjà enregistré 245 commandes nettes d'avions depuis le début de l'année et a réévalué ses objectifs à 400 pour l'année après l'euphorie du salon britannique deFarnborough mi-juillet. Airbus espère tirer de ces nouvelles commandes 28 milliards de dollars. 

Pharmaceutique : Sanofi-Aventis multiplie les acquisitions

Sur la deuxième marche du podium des secteurs qui exportent le plus, l'industrie pharmaceutique, avec 7,6% du total des ventes à l'international. Peu sensible à la conjoncture, le secteur n'a même pas connu la crise, avec une hausse desexportations de 8% en 2009. Au premier semestre, les ventes ont à nouveau progressé de 5%, pour se fixer à 13,8 milliards d'euros. L'épidémie de grippe A a dopé les ventes de vaccins, mais les médicaments représentent 82% des exportations des laboratoires.
Cinquième exportateur mondial de produits pharmaceutiques après l'Allemagne, la Belgique, la Suisse et les Etats-Unis, la France a aussi songéant : le groupe Sanofi-Aventis, quatrième groupe mondial avec 4,7% de parts de marché l'an dernier. Conforté par des résultats meilleurs que prévus au début de l'année, Sanofi mise aussi sur le dynamisme des pays émergents : ses ventes y ont progressé de 12,8% à 2.286 millions d'euros au deuxième trimestre, alors qu'elles ont baissé de 10,2% à 2.252 millions en Europe occidentale.
Ces derniersmois, Sanofi-Aventis a engagé une politique ambitieuse d'acquisitions, avec pas moins d'une cinquantaine de rachats partout dans le monde : le polonais Nepentes au mois de mai, l'américain Chattem pour 1,9 milliard de dollars, et plus récemment un intérêt marqué pour le groupe Genzyme. 

Automobile : les constructeurs misent sur l'international

Autre fleuron français, le secteur automobile...
tracking img