Commerce international

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1287 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com

L’APPROCHE CLASSIQUE TRADITIONNELLE

Introduction :
Les auteurs classiques de l'analyse économique justifient les échanges internationaux au nom de l'allocation optimale des ressources au niveau mondial. En effet, l'analyse des relations économiques internationales répond à la même problématique quecelle développée dans un cadre national : comment satisfaire un maximum de besoins avec des ressources limitées.

1 / La théorie des avantages absolus :
A / La théorie d'Adam Smith :

Adam Smith, dans son ouvrage intitulé " La recherche sur la nature et les causes de la richesse des Nations " intègre son analyse des échanges internationaux dans son analyse globale du fonctionnement de l'activitééconomique. Il se fonde donc sur les même principes (liberté individuelle, recherche du profit, concurrence) pour inciter les Etats à se spécialiser sur les productions sur lesquelles ils bénéficient d'un avantage absolu. La notion d'avantage absolu : Du fait notamment de dotations initiales en ressources naturelles favorables, ou d'une avance technologique, les pays disposent d'un certain nombrede secteurs d'activité pour lesquels ils bénéficient d'un avantage absolu, c'est à dire pour lesquels les entreprises nationales produisent à un coût de production inférieur à celui d'une entreprise étrangère. Le principe de spécialisation : En conséquence, chaque nation doit chercher à se spécialiser dans les secteurs d'activité pour lesquels elle dispose de cet avantage absolu. Ceci signifieque les facteurs de productions ne servent pas à produire l'ensemble des biens et services nécessaires à la satisfaction des agents économiques nationaux mais doivent être concentrés sur un nombre limité de biens et services ou la nation possède un avantage comparatif en terme de coût de production.

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTE Multimedia) http://www.pdfmail.com

Ladivision internationale du travail : De ce fait, si cette spécialisation se met en place entre les différentes nations participant aux échanges internationaux, il se crée ainsi une division internationale du travail fondée sur les avantages comparatifs dont dispose chaque nation à un moment donné. Cette division internationale, non seulement favorise une allocation optimale des ressources au niveaumondial, mais en plus est favorable pour l'ensemble des nations participant aux échanges.

B / Démonstration :
Pour justifier la théorie d'Adam Smith, nous pouvons prendre l'exemple suivant : Soient deux pays A et B disposant chacun de 12 unités de production permettant de produire deux biens X et Y de la manière suivante :

Pays A Bien X Bien Y 6 3

Pays B 3 6

(Explication : le pays Adoit consommer 6 unités de production pour produire un bien X et trois unités de production pour produire un bien Y) Si chaque pays produit les deux biens X et Y, alors la production de chaque nations sera de :

Pays A unités de production Biens X produits Biens Y produits 12 1 2

Pays B 12 2 1

Monde 24 3 3

Sans spécialisation, la production mondiale est donc de 3 biens X et de troisbiens Y pour une utilisation totale de 24 unités de facteurs de production. Si les pays A et B respectent la théorie des avantages absolus, alors chacun va se spécialiser sur le secteur d'activité pour lequel il bénéficie d'un avantage comparatif absolu, soit la production de biens Y pour le pays A et la production de biens X pour le pays B.

Ce document a été fabriqué par PDFmail (Copyright RTEMultimedia) http://www.pdfmail.com

La production des deux pays sera alors la suivante : Pays A unités de production Biens X Biens Y 12 0 4 Pays B 12 4 0 Monde 24 4 4

Constat : La spécialisation permet d'accroître la production mondiale de biens et services pour une consommation constante de facteurs de production et permet alors de satisfaire un plus grand nombre de besoins. David Ricardo...
tracking img