Communication sortif

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1823 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
IX
CANDIDATURE DE PARIS (France)
Légitimité de la candidature : à la différence des candidatures américaine (redorer le blason sécuritaire), turque (faire des jeux un marchepied pour l’intégration dans l’UE) ou brésilienne (continent neuf et alter mondialiste) qui jouent sur leur dissidence, la légitimité de la candidature française est difficile à défendre car difficile à établir. En-dehorsd’un rayonnement international et de répercussions économiques, quelles peuvent être les motivations de Paris ? Le dossier français est certes solide, mais il manque d’atypisme. Le Comité International Olympique (CIO), chargé de sélectionner les villes hôtes et d’organiser les Jeux Olympiques, semble en effet préférer les candidatures plus exotiques, capables de marquer la différence.
I. ANALYSE DESPRECEDENTES CANDIDATURES
1.1. Historique des candidatures
Depuis les premiers Jeux Olympiques modernes, organisés en 1896 par le Baron Pierre de Coubertin en hommage aux Jeux de l’Antiquité, la France a accueilli à quatre reprises ce type de manifestation : • Paris 1900 (été) ; • Paris 1924 (été) ;
• Grenoble 1968 (hiver) ; • Albertville 1994 (hiver).
Les trois dernières candidatures de laFrance (Paris 1992 ; Lille 2004 ; Paris 2008) se sont soldées par un échec.
1.2. Analyse des facteurs d’échec
1.2.1. La défaite de Lille 2004
Les raisons de non sélection de Lille parmi les 5 villes finalistes (Athènes, Buenos Aires, Le Cap, Rome et Stockholm) peuvent être expliquées par les facteurs suivants : • position géographique peu enviable (« métropole de seconde zone ») : ville enclavéeentre des capitales accessibles rapidement (Londres, Paris, Bruxelles...) ;
•projet d’une candidature conjointe avec Bruxelles, or le règlement olympique privilégiait des candidatures de villes seules, plus classiques ; • faiblesse des investissements financiers et médiatiques pour le soutien de la candidature.
1.2.2. La défaite de Paris 2008
Devancée par Istanbul au premier tour, Paris aterminé troisième (18 votes), loin derrière Pékin (56 votes) et Toronto (22 votes).
Les raisons de la défaite française
Page 6 sur 6• Juan Antonio Samaranch : l’ex-président du CIO a joué un rôle essentiel dans la victoire de Pékin, en choisissant délibérément d’évincer les autres candidatures. Une campagne très agressive a été menée dans ce sens ; • La règle de l'alternance : le règlement du CIOcompte une règle non écrite imposant l’alternance des continents. Les jeux d’été de 2004 se déroulant à Athènes, il était par conséquent utopique de voir une autre capitale européenne organiser les jeux de 2008. Par ailleurs, outre les jeux de 2004, le Vieux Continent a été particulièrement favorisé : JO d'hiver 2006 à Turin et Coupe du monde de football 2006 en Allemagne ;
• L’élection d’un nouveauPrésident du CIO : le choix d’une ville européenne, en l’occurrence Paris, aurait pu nuire à l’élection du nouveau Président du CIO, également européen (Jacques Rogue depuis le 16 juillet 2001) ; • Le dopage : le mouvement olympique a jugé la position du gouvernement français trop agressive et trop intransigeante. Marie George Buffet, alors ministre des Sports, avait refusé de contourner lalégislation française au profit des seuls critères reconnus par le CIO ;
• Des actions de lobbying insuffisantes : à la différence des Chinois qui avaient commencé à œuvrer plusieurs années auparavant, le lobbying français n'a débuté qu'aux JO de Sydney, soit un an seulement avant le vote. Par ailleurs, la campagne de Paris a été considérée comme trop franco-française (sous-représentation de la Franceaux présidences des grandes fédérations). Enfin, Paris a bénéficié d’un nombre insuffisant de voix de la part des votants du CIO (cet organisme compte 125 membres actifs ; 79 pays sont représentés) ;
• La communication : Paris a axé sa communication sur le faste et le prestige des manifestations. A contrario, le CIO défend des critères de développement durables en stigmatisant les « éléphants...
tracking img