Communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3612 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le pouvoir des medias : illusion ou réalité ?



Introduction

« Le métier de TF1, c’est d’aider Coca Cola à vendre son produit. Ce que nous vendons, c’est du temps de cerveau humain disponible ». La formule choc et méprisante de Patrick Le Lay, PDG de TF1, n’en finit pas de nous faire réagir. Elle confirme alors l’idée reçue que la télé a une influence sur notre comportement. Eneffet, nombreux sont aujourd’hui les questions à ce propos : la télévision favoriserait la tendance à l’obésité, les publicités influent sur nos comportements de consommateurs, les sondages agissent sur nos choix électoraux…
Qui n’a pas été outré par l’histoire tragique de Littletown, où un adolescent a tiré sur ses camarades reproduisant un acte de violence vu précédemment dans un film ?Pourquoi existe-t-il une réglementation particulière en matière de sondages politiques préélectoraux ?
Pour quelles raisons les spécialistes de l’alimentation préconisent une diminution du nombre d’heures passées devant la télé pour les enfants atteints d’obésité (ou en phase de l’être) ?
Autant d’interrogations qui nous laissent croire que les médias influencent nos comportements.
Il restemaintenant à s’interroger sur la réalité concrète de pouvoir. Qu’en est-il vraiment ?
Deux éventualités s’imposent. D’une part, les médias ont une véritable influence sur nous. C’est indéniable. D’autre part, c’est l’être humain qui est conditionné à recevoir et intégrer ce que les médias « envoient » ; autrement dit, il est influençable.
C’est donc le problème de l’illusion ou de la réalité de cepouvoir qui est ici en cause. L’autre question, tout aussi importante est celle des effets que celui-ci engendre sur notre démocratie.

Nous nous attacherons donc dans une première partie à observer la (potentielle) réalité de l’influence médiatique (I), pour approcher dans une seconde phase ses conséquences démocratiques. (II)

I/ Le concret de la réalité du pouvoir démocratique

Notredémarche ici sera simple. Nous constaterons tout d’abord les raisons (externes et internes) à ce pouvoir (A) avant d’en étudier principaux effets (B).

A- Les raisons du pouvoir médiatique

1 : La réceptivité du téléspectateur.

La principale raison du pouvoir des médias est vraisemblablement une raison «externe » à ces derniers. En effet, si la télévision a tant d’impact sur les téléspectateurs, c’est vraisemblablement du fait que ceux-ci sont réceptifs. Nous sommes tous conditionnés face à elle. Plus qu’influencés, nous sommes avant tout influençable.
Petits, nous regardons la télévision pour mieux comprendre le monde. Le côté divertissement est le prétexte inconscient à la découverte. Al’inverse, adultes, nous devenons « crédules conscients » (John Condry). La volonté de s’enrichir est l’excuse au divertissement.
Autrement dit, la télévision fait partie de notre quotidien.
Si on évoque les enfants, on ne peut omettre de parler de l’instrument de socialisation qu’est la télévision. En effet, le nombre d’heures passées devant l’écran prouve que ce média est fondamental dansl’apprentissage du monde extérieur. L’enfant ne faisant pas la différence entre le bien et le mal, ni même entre la réalité et la fiction, il semble logique de croire à son caractère influençable.
De la même façon, éduquer signifie équiper à l’adaptation à un environnement particulier. C’est donc de la responsabilité des parents de permettre ( ou non) aux enfants de regarder la télévision. Force est alors deconstater que la facilité est de les laisser agir à leur guise. Là encore ils sont réceptifs.
Ces enfants devenant des adultes, leur incrédulité inconsciente se transforme en crédulité consciente. Le danger est alors grand de croire qu’ils sont influençables et qu’ils le savent de surcroît.

Les médias ont un véritable impact sur nous du fait de notre caractère réceptif et influencable,...
tracking img