Comparaison de texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (679 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Comparaison de textes
« Ce cœur qui haïssait la guerre… » de DESNOS & « Les deux oncles » de BRASSENS
INTRODUCTION : Le poème « ce cœur qui haïssait la guerre » de Robert Desnos a été publié en1943 en pleine seconde guerre mondiale, dans une revue clandestine. La chanson de Brassens a, elle, été écrite en 1965, soit bien après que le chanteur est été réquisitionné dans le cadre du service detravail obligatoire en Allemagne. Chacun a eu sa propre expérience de la guerre et possède ainsi sa propre vision. Nous verrons donc dans un premier temps l’implication des auteurs puis nouscomparerons les deux textes.
I. Implication du locuteur
Dans le poème « ce cœur qui haïssait la guerre », l’implication de l’auteur est notable. Avec la synecdoque « ce cœur » Desnos désigne le tout parla partie, ici, il s’agit de son cœur, nous l’apprenons vers 13. L’adjectif démonstratif « ce » implique fortement le locuteur dans la situation et le « je » et « le mien » (vers 13 et 15) renforcentla dénonciation de la guerre.
Dans « Les deux oncles », l’implication est beaucoup moins marquée. Brassens s’adresse directement aux morts « vous voilà devenus » (vers 31), « si vous aviez vécu »(vers 35) en exprimant son point de vue sur les soldats qui ont fait la guerre en ayant prit parti. Ceux-là sont aujourd’hui morts et oubliés, leurs femmes se sont remariées, ils sont réduits à ce queleurs noms soient inscrits sur des monuments aux Morts.

Nous constatons également que les intentions des auteurs sont très différentes dans ces deux poèmes.
Ainsi, Desnos veut diffuser un seulmot d’ordre «  Révolte contre Hitler » ainsi que le message à la résistance mais il s’indigne de tous ces cœurs qui sont appelés par la guerre malgré eux ; la poésie se fait alors politique.
Alorsque Brassens, lui, fait le constat de ce qui se passe aujourd’hui, justifié par l’anaphore « Maintenant », il témoigne de l’oubli des soldats.
Toutefois, tous deux sont contre la guerre, dans « ce...
tracking img