Comparaison des incipits du livre et du film tous les matins du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1030 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Littérature Dissert
Le film d’Alain Corneau, Tous les matins du Monde, est l’adaptation cinématographique du livre de Pascal Quignard qui, contrairement à l’usage, a été écrit à la suite du film .Ils ont été tous deux réalisés en 1991 et il est intéressant de voir comment Corneau et Quignard, qui ont collaboré ensemble sur ce projet , ont choisi d’aborder leur œuvre et plus précisément en quoile l’incipit du film d’Alain Corneau se distingue de l’incipit du roman de Pascal Quignard.

Il existe plusieurs différences entre l’incipit du livre et celui du film .Une première différence est le rapport au temps .Dans le roman, dès la première ligne, la date 1650 est annoncée situant d’entrée le récit. Le début du roman relate la mort de l’épouse de Mr de Ste Colombe . Une chronologieest respectée dans la narration, un narrateur, inconnu raconte cet évènement en respectant le temps qui passe.. Contrairement au film, Il n’ y a pas de retour en arrière .En effet, le film propose une analepse et sépare ainsi les deux scènes de plusieurs années. Le rapport au temps est inversé. En effet,dans le film,le générique est une scène ajoutée par rapport au livre. La toute première scènes’ouvre sur un écran noir, pendant que l’on entend des musiciens répéter. Quelques secondes plus tard, on voit apparaitre sur l’écran, en gros plan, le visage d’un homme âgé. Ce dernier porte une perruque, et son maquillage est grossier et abîmé. Il semble fatigué, voire malade, il est tourmenté et souffre d’un mal intérieur..On comprend alors que ce personnage n’est autre que Marin Marais lui-mêmequand il prend la parole en parlant de lui à la troisième personne : « Marin Marais fait sa leçon ». Ce générique, est construit à partir de Marin Marais qui est le narrateur, et permet de comprendre à priori le dénouement alors que dans le livre, l’histoire en commençant par la mort de Mme de Ste Colombe dévoile que cette mort est capitale dans l’histoire, faisant dans le livre un lien entre lemonde des morts et des vivants . Comme on vient de le souligner, Marin Marais prend la parole dans la première scène, s’opposant au mutisme de Sainte Colombe et au narrateur inconnu du livre. Les points de vue ne sont pas les mêmes, dans le film il est interne, car c’est le point de vue de Marin Marais, alors que dans le livre, le point de vue est omniscient. On peut également citer que dans lapremière scène du film, les deux personnages sont présentés, et dans le livre, on ne parle que Sainte Colombe. Le cadre et les décors sont différents dans les deux scènes. La scène du film est décorée par une salle studieuse de la Banque de France à Paris, et dans celle du livre, il y a une maison avec un jardin qui donne sur la Bièvre, où Sainte Colombe construira une cabane en bois. Cette différencemet en lumière le contraste entre les deux hommes, Marin Marais ambitieux et avide d’être reconnu par la Cour et la simplicité quasi austère de Ste Colombe.

La musique est un thème commun au livre car les deux personnages principaux sont tous les deux musiciens, l’un est professeur, l’autre ‘lélève… il faut pourtant reconnaître qu’elle est omniprésente dans le générique du film, On y entendtrois notes répétées sans cesse, tel un carillon ou un glas, rythmées par le bâton du maître violiste, probablement un choix du cinéaste pour mettre l’accent sur la déchéance et la tristesse de Marais . Dans le roman, la musique est présente lorsque l’on apprend que Ste Colombe enseigne la viole. A ce stade du roman, elle apparait comme accessoire face à l’importance de la mort de la Mde de SteColombe. Cependant, le rôle de la musique est double. La musique mélancolique et plaintive du film est en harmonie avec le désespoir de Marin Marais. Elle est synonyme de désespoir, cette détresse qui habite Ste Colombe à la mort de sa femme. Marin Marais trouve même qu’elle l’incarne : « Lui, il était la musique ». La mort est une thématique commune au roman et au film . Elle est omniprésente...
tracking img