Comparaison fin de partie et en attendant godot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (709 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
S.Beckett
Fin de partie & En attendant Godot

Les œuvres En attendant Godot & Fin de partie, faisant partie d’une trilogie avec Oh les beaux jours, ont étés écrites par Samuel Beckettrespectivement en 1949 et 1957. Ces deux œuvres se rejoignent sur certains points et s’éloignent sur d’autres. Nous allons donc voir leurs différences et leurs points communs, en particulier dans la scèned’exposition.

Tout d’abord les 2 œuvres, même si elles font parti d’une trilogie, ont une intrigue différente. La première raconte l’histoires de deux vagabonds, Vladimir et Estragon, qui se retrouvent surscène, dans un non-lieu (« Route de campagne avec arbre ») à la tombée de la nuit pour attendre « Godot ». Cet homme - qui ne viendra jamais - leur a promis qu'il viendrait au rendez-vous ; sans qu'onsache précisément ce qu'il est censé leur apporter, il représente un espoir de changement. En l'attendant, les deux amis tentent de trouver des occupations, des "distractions" pour que le tempspasse. La seconde, la journée de Hamm et Clov, un père et un fils, l’un aveugle paraplégique, l’autre affirmant qu’il veuille tuer son père.
On remarquera ensuite que ces deux oeuvres n’ont pas étésécrites la même année, en effet, En attendant Godot est la première pièce de S.Beckett. Il avouera plus tard que pour ecrir cette pièce, il avait fait des concessions et que par conséquent, pour saprochaine pièce, il n’en ferait aucunes. C’est comme cela qu’il écrira Fin de partie.
Ensuite, on remarque que le théâtre de S.Beckett est un témoignage sur la fin du monde. Témoin perspicace de son époque,l’auteur nous annonce la fin de l’art avec En attendant Godot et la fin d’une époque marquée par la prééminence, en Europe, de la culture française, avec Fin de partie, bien avant que ces thèmes nedeviennent a la mode.
En nous intéressant plus aux les scènes d’exposition, on remarque que dans En attendant Godot, les didascalies qui précèdent le début du dialogue sont réellement moins...
tracking img