Complexité de la protection sociale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5934 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Bousquet
Julien
M1 DSSS

Séminaire: Economie de la protection sanitaire et sociale



Dissertation: Complexité et Protection sociale

La Protection sociale n'est pas mondialisée de manière uniforme, il n'existe pas de Protection sociale commune aux différents Etats du monde. Pourtant, chaque Etat dispose en quelque sorte de son propre système de Protection sociale, dès que l'onparle d'un mécanisme de prévoyance collective à l'égard d'un risque social, on peut parler de système de Protection sociale. Les différents systèmes de Protection sociale des pays en voie de développement dans leur diversité, méritent tout autant cette appellation que les pays européens qui tendent eux vers une relative uniformisation.
Chaque Etat bénéficie donc de son propre système deProtection sociale, un système qui bien qu'ayant subi les influences d'autres systèmes, reste un système influencé par l'histoire du pays et ses spécificités culturelles.
Le système de Protection sociale français a ses particularités et répond aux évolutions structurelles et culturelles de la société.
L'expression « Protection sociale » a eu cours en France seulement à partir de la seconde moitié du XXème siècle et c'est seulement à partir des années 1990 que le terme « système de Protection sociale » est devenu courant.
La Protection sociale ne se résume ni à l'Etat providence ni à la Sécurité sociale. Ce n'est ni un ensemble disparate d'institutions et d'acteurs sociaux mais finalement, un véritable « macrosystème » [1] censé prévenir les risques sociaux.
La Protection sociale françaiseprotège autant l'individu que les ménages des risques sociaux que l'on entend comme une situation pouvant provoquer une baisse des ressources ou bien une hausse des dépenses (vieillesse, maladie, chômage, invalidité, charges de familles, exclusion pour les plus importants).
Le « macrosystème » censé prévenir ces risques sociaux qu'est la Protection sociale se compose des interventions de l'Etat(bourses scolaires, indemnisation des chômeurs en fin de droits, par exemple) , d'associations, d'employeurs, de sociétés de personnes à but non lucratif comme les mutuelles, de compagnies d'assurance et enfin, de la Sécurité sociale dont la part des dépenses est de 500 milliards sur les 600 milliards de l'ensemble de la Protection sociale.
Le terme de Protection sociale n'est donc pas une notionévidente voir même une notion complexe à analyser dans son ensemble. La Protection sociale française peut être facilement confondue avec l'Etat providence ou la Sécurité sociale, cette complexité à l'appréhender est notamment due à la kyrielle d'acteurs formant notre système de Protection sociale. Ce système a vu son champ d'action s'élargir au gré des risques sociaux sans cesse plus nombreux ajoutantainsi à la complexité dudit système.
Complexité et Protection sociale semblent donc être intimement liés.
Le fait que la société évolue, complique l'adaptation de ce « macrosystème », il doit faire face au plus vite à des risques nouveaux, comme par exemple l'allongement de la durée de vie qui pose des problèmes en terme de retraite. Ces problèmes sont dus pour beaucoup au financement, il y aen effet, une complexité à financer tout ce système avec la situation économique actuelle qui est la notre.
Cela peut passer par la création de nouveaux organismes, impôts et autres contributions cependant, si cela peut aider le financement, cet enchevêtrement d'acteurs complexifie les rôles et atténue la lisibilité du système, celui-ci devient difficile à appréhender pour la majorité de sesbénéficiaires. On pourrait alors y voir une sorte de désorganisation du système, la complexité relevant alors de cette désorganisation des acteurs et des financements.
Cependant, et bien que la Protection sociale française semble désorganisée, ce système perdure et répond tout de même, bien qu'avec des difficultés, à des objectifs sociaux toujours plus ambitieux, et à des changements constants,...