Composition du roman

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2160 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le roman est apparu en France au XIIème Siècle. Ce genre littéraire, écrit en prose jusqu’au XIIIème Siècle, a évolué au fil du temps. En effet, ont émergé ensuite les Romans réalistes. Au cours du XVIIIème siècle, les récits comiques et merveilleux commencent à se fusionner pour donner naissance au roman actuel. Aujourd’hui, selon la critique traditionnelle, « le vrai romancier est celui quicrée les personnages ». Nous verrons dans un premier temps comment l’auteur crée le personnage et son importance dans un roman. Puis, dans une seconde partie, nous étudierons les autres éléments nécessaires à l’élaboration d’une bonne œuvre.

Le romancier crée ses personnages tout d’abord en leur attribuant un nom qui peut être significatif et révélateur. En effet, la désignation d’un héros peutdonner une information sur son physique, son caractère, sa vie. Par exemple, la naïveté de Candide, le héros voltairien, est inscrite dans son nom. Où alors, l’état physique de cette pauvre petite créature si incomplète et à peine ébauchée est, selon les dires de Victor Hugo, auteur du roman Notre- dame de Paris , suggéré dans l’appellation utilisée : Quasimodo. En effet, cet individu borgne,bossu, cagneux n’était guère qu’un à peu près, qu’un quasi-homme. Mais encore, Jules Renard dans Poil de Carotte, utilise des sonorités agressives pour dénommer une mère cruelle et méchante : Mme Lepic. Le nom peut également révéler la position sociale du personnage : dans Le Rouge et Le Noir de Stendhal, le patronyme Sorel précise la pauvreté et ne laisse au héros que très peu de chance d’avoir uneprofession prestigieuse. Il ne peut s’imposer dans la société aristocratique où Mme de Rênal connaît la richesse et la réussite. La particule « de » symbolise son titre de noblesse. L’auteur donne une identité morale, sociale, physique et psychologique à ses héros. Pour cela, il peut également se servir de sa propre expérience. C’est le cas de Stendhal qui raconte à travers son personnage JulienSorel, certains épisodes de sa vie concernant les conflits avec son père et sa malchance avec les femmes. L’utilisation du vécu est surtout exploitée dans la création des héros des romans autobiographiques ou le nom du personnage est soit une anagramme du propre nom de l’écrivain, soit ses initiales. On citera la trilogie de Jules Vallès : L’Enfant, Le Bachelier, L’Insurgé qui prend pour hérosJacques Vingtras. L’auteur peut aussi inventer un personnage idéal comme dans La Nouvelle Héloïse de Rousseau. En effet, Saint-Preux est le héros romantique parfait, le modèle du bonheur : il vit au contact de la nature sauvage, rêve et aime (l’amour comme source du bonheur). Le romancier peut rendre un héros plus réel en lui faisant rencontrer un personnage historique. Ainsi, dans le livre d’EvelyneBrisou-Pellen, L’otage d’Attila, trois enfants se retrouvent face à ce roi des tribus hunniques des années 400. Le portrait que le romancier fait de ses personnages révèle généralement la vision qu’il se fait de l’être humain, la place qu’il accorde au rang social, au passé familial, aux caractères individuels, au corps, aux idées. Mais les procédés de caractérisation ne suffisent pas à créer unbon personnage. Il se doit d’être utile au lecteur.
La présence de personnage dans un roman permet au lecteur de s’identifier à celui-ci et de participer virtuellement à ses expériences. Le romancier place ses personnages dans des situations qui mettent en lumière les réactions de chacun. Chaque héros incarne une façon d’être, d’agir et de réagir : il fait voir un aspect de l’homme et du mondedans lequel il vit. Si ce héros est triste alors le lecteur le sera aussi. Cela est également valable pour tous les autres sentiments, attitudes... L’exemple le plus flagrant est celui des héros romantiques. En effet, ces derniers sont instables et se cherchent comme la plupart des adolescents. C’est le cas du personnage de Chateaubriand ; René qui hésite entre le métier de pâtre et celui de...
tracking img