Composition : la france face aux crise des années 30

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1556 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LA FRANCE FACE AUX CRISES DES ANNEES 30
En 1918, lorsque la Première Guerre mondiale s’achève, la France se place du côté des vainqueurs. Mais
cette victoire n’est que militaire et diplomatique et cache une situation préoccupante : une démographie
en berne, une économie dévastée, un moral en plus bas… Les années 1920 – les « années folles » - sont
celles de l’insouciance, pendant lesquellesles Français essayent d’oublier les traumatismes liés au conflit
et tentent de se reconstruire… mais ce n’est qu’une illusion. Au début des années 1930, lorsque les
premières crises se manifestent, la France est en réalité encore un pays affaibli, ce qui aggrave l’ampleur
des crises (économique, sociale et politique). Ce sont des moments qui font basculer une conjoncture
favorable en uneconjoncture négative et la France n’est pas suffisamment forte pour y résister, d’où les
difficultés qu’elle aura à les juguler. Il s’agira donc de voir comment la France tente d’enrayer les crises
qui l’affectent pendant les années 1930. Après avoir mis en évidence l’ampleur des crises qui touchent la
France dans les années 1930, on analysera les solutions mises en place par les gouvernements pourtenter
de les juguler, souvent sans succès.
I. Un pays en proie à des crises majeures
A. Une crise économique
En France, les premiers signes de la crise économique se manifestent en 1931, alors qu’elle éclate
aux Etats-Unis à la suite du krach boursier de Wall Street, le jeudi 24 octobre 1929. Ce décalage
s’explique par le fait que la France est un pays assez autarcique au plan commercial (dufait de taxes
douanières importantes, d’une économie encore peu modernisée) et du fait de la dévaluation du
Franc en 1928 (qui a perdu les 4/5èmes de sa valeur), ce qui a stimulé les exportations. Elle entre en
crise en 1931, lorsque le Royaume-Uni dévalue la Livre Sterling, qui fait perdre sa compétitivité au
Franc. Les banques et les entreprises connaissent des difficultés. Tous lesindicateurs économiques
sont au rouge : entre 1930 et 1935, la production industrielle chute de 15%, le nombre d’heures de
travail de 30% et les exportations de 55%. Les carnets de commandes des entreprises se vident, leur
chiffre d’affaire chute fortement. Certaines sociétés font faillite : c’est le cas de Citroën en 1934, à
qui les banques – à cours de fonds – cessent de prêter de l’argent.
B. Unecrise sociale
Cette crise économique a un impact social évident. Les difficultés des entreprises entraînent
l’accroissement du nombre de chômeurs : alors que la France connaissait une situation de quasi
plein-emploi en 1930, le nombre de chômeurs percevant une indemnité s’élève à 450 000 en 1935
(ce chiffre ne tient évidemment pas compte des chômeurs non indemnisés donc le nombre réel dechômeurs est bien supérieur). Les revenus des ménages sont donc affectés, au premier chef desquels
on trouve ceux touchés par le chômage. Mais la baisse des revenus est générale dans la société
française des années 1930 : - 8,5%. La vie quotidienne devient donc plus difficile pour de
nombreuses familles : il devient difficile de se loger, de se nourrir… Mais les catégories populaires
sont les plusexposées : les agriculteurs voient par exemple leur revenu chuter de 31,7% entre 1930
et 1935. Ces mécanismes s’expliquent aussi par l’inflation galopante qui grignote le pouvoir d’achat
C. Une crise politique
Les difficultés de la vie quotidienne ont un retentissement dans la vie politique. La grogne se fait
entendre contre les hommes politiques, face à leur difficultés – voire leurincapacité à enrayer les
crises. Dans les années 1930, l’instabilité ministérielle est très importante : 18 gouvernements se
sont succédé au cours de cette décennie. Cette instabilité empêche donc de mener des politiques sur
le long terme, ce qui les rend souvent inefficaces. Le gouvernement le plus bref est celui d’Edouard
Daladier : il est officiellement investi par les députés le 6 février 1934...
tracking img