Composition

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1799 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« L’utopie »
La philosophie de l’éducation de More a été fortement influencée non seulement par ses amis et ses collègues et par les libres discussions qu’il eut avec eux, mais aussi par ses lectures, ses observations et ses convictions politiques. Il croyait fermement que tout homme était capable de s’épanouir et de surmonter l’adversité, de s’intéresser aux arts plastiques, à la littérature,à la musique, à la philosophie, de se tenir au courant des progrès de la science. Bien que la plupart de ses opinions, exprimées oralement, se retrouvent chez des auteurs qui ont écrit après lui, et que ses idées et ses sentiments nous soient connus par ses lettres et par les remarques d’Érasme, un portrait de Sir Thomas More ne serait pas complet sans référence aux deux ouvrages qui ont le pluscontribué à sa célébrité, L’utopie (1516) et l’Histoire de Richard III (1543).
L’utopie est parue dans sa version latine en 1516. La traduction anglaise n’a été publiée
qu’en 1556, mais les principales thèses de l’oeuvre étaient déjà largement connues et avaient fait l’objet de vastes débats. L’utopie place sans conteste Thomas More au rang des plus éminents humanistes et des plus profondsvisionnaires de la Renaissance. Elle suscite encore aujourd’hui de vives discussions.
L’utopie est à la fois une satire politique et un récit allégorique.
Le récit a pour cadre une île imaginaire où il n’y a ni guerres, ni misère, ni crimes, ni
injustice, ni aucun des autres maux qui accablaient l’Europe du XVe siècle. Tous y reçoivent une part égale de nourriture, de richesse et depauvreté. Personne ne possède plus ou moins que les autres. L’État assure et supervise la distribution équitable des ressources, y compris des soins de santé. La journée de travail se limite à six heures, le temps libre étant consacré à l’étude des arts, des lettres et des sciences. Comme l’enseignement technique et professionnel est accessible à tous, chacun peut apprendre au moins un métier. Il n’estpermis de se battre que pour se défendre et les criminels sont condamnés à l’esclavage. La religion est un théisme indépendant de toute confession particulière et les prêtres sont choisis pour leur sainteté. Tous les enfants, garçons et filles, ont le droit de recevoir un enseignement diversifié. Ils étudient notamment les lettres, les œuvres classiques, les arts, les sciences naturelles et lesmathématiques, l’ensemble des matières enseignées composant ce que l’on appellerait aujourd’hui un « programme équilibré ». Des cours d’instruction civique ont pour but d’éveiller la conscience politique des élèves. Il incombe à l’État de dispenser l’enseignement et d’assurer la formation des maîtres. Les filles ne sont pas traitées autrement que les garçons. More avait manifestement pour objet, enécrivant L’utopie, d’ouvrir les yeux de ses contemporains sur les maux politiques et sociaux du monde qui les entouraient : inflation, corruption, dureté envers les pauvres, guerres futiles ou totalement inutiles, ostentation des courtisans, abus de pouvoir des monarques absolus, ... Il a recours à des noms tirés du grec pour se faire comprendre. « Ainsi « Hythlodée » signifie « dispensateur debalivernes » : « Utopie » signifie « nulle part » ; le nom du fleuve Anhydre veut dire « sans eau » . Il ressort clairement de la lettre de More à Pierre Gilles que l’auteur de _L’utopie pensait que ses lecteurs cultivés comprendraient le sens de ces noms ; en effet, il s’est délibérément servi de racines grecques pour inventer toponymes et titres officiels, afin que ses lecteurs comprennent que cesnoms sont imaginaires. Beaucoup de lecteurs n’ont pas admis qu’un fervent catholique comme More préconise l’euthanasie, le mariage des prêtres, le divorce par consentement mutuel pour cause d’incompatibilité, ou qu’il permette aux futurs époux de se voir nus avant de se décider au mariage. Beaucoup de lecteurs croient aussi que les idées essentielles exprimées dans L’utopie sont des idées...
tracking img