Comprendre le mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9655 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on pardonner à Dieu

l’existence du mal et de la souffrance ?

Pourquoi la souffrance ?

Nous n’avons même pas besoin de poser le problème. Il saute aux yeux. Grâce aux moyens modernes de communication, chaque jour nous sommes abreuvés par une suite d’informations les unes plus mauvaises que les autres. Que de catastrophes, de souffrances, de cruautés et d’injustices ! Jamais l’hommen’a eu autant de moyens à sa disposition pour pouvoir alléger la souffrance et combattre l’injustice. Et pourtant ces fléaux semblent s’aggraver d’année en année.

Pourquoi tant de guerres, tant de violence et de massacres ? Pourquoi des milliers de gens sont-ils enterrés vivants lors de tremblements de terre ? Pourquoi des bébés meurent-ils de faim alors qu’ailleurs, c’est l’abondance ? De quoisont-ils coupables, pour qu’ils subissent une telle sentence ? Comment expliquer le fait que la souffrance semble frapper aveuglement tant les innocents que les coupables ? De quoi sont-ils coupables, pour subir une telle sentence ? Comment un Dieu que l’on dit bon et miséricordieux peut-il supporter que des innocents paient le crime des autres, souffrent de maladies atroces et périssent dans descatastrophes naturelles ? Car c’est sans doute ce qui est le plus difficile à comprendre : la souffrance de personnes innocentes qui meurent par la faute des autres ou dans un cataclysme naturel.

Pourquoi la souffrance ? Pourquoi moi dois-je souffrir ? Quel est le sens de ma souffrance ? Pourquoi ceux qui font le mal semblent-ils échapper à la souffrance ? Pourquoi les justes et les innocentssouffrent-ils ? Pourquoi la personne qui m’est la plus chère au monde doit-elle mourir ? Pourquoi dois-je mourir ? Qu’est-ce qui m’attend au-delà de la mort ? À qui appartient la vie ? Dans la souffrance et la mort, où est-il, le Dieu juste et bon ?

C’est ainsi que peut se poser la question : Comment concilier cette réalité terrible que nous constatons avec les affirmations de la Bible concernantla justice et la bonté de Dieu ? Comment un Dieu plein de miséricorde peut-il permettre de telles atrocités ? Si Dieu existe, pourquoi n’intervient-il pas pour mettre de l’ordre et créer une société juste et bonne ? Faut-il conclure, avec Camus et Sartre, que l’existence est absurde, que Dieu n’existe pas, et que le christianisme n’est qu’une invention humaine, une sorte de pansement qui calme lesdouleurs de la vie ?

Réactions spontanées face à la souffrance

Tout homme, à un moment ou un autre de son existence se trouve confronté à la souffrance de manière directe, dans sa propre personne, ou de manière indirecte, dans son entourage. Chaque fois que nous sommes confrontés à la souffrance, à la mort, chaque fois que l’on apprend une mauvaise nouvelle, alors se pose presqueirrémédiablement la question du pourquoi, et aussi en conséquence celle du pourquoi moi ?

L’homme connaît à ce moment l’écrasement ou la révolte par lesquels il peut se détourner de Dieu. C’est une réaction normale et singulièrement humaine, puisque cet homme découvre un rupture dans ce qui faisait le confort de sa vie, une brèche dans le désir de bonheur qui anime tout être humain. La souffrance permet desaisir ce qui fait le mystère de l’homme, en lui rappelant qu’il est fait pour le bonheur et que cette souffrance vient l’en priver : elle apparaît donc comme un manque qu’il lui est difficile d’accepter ou qu’il juge inacceptable.

Chaque homme se trouve en manque d’explication ou de soulagement à ses peines et à ses souffrances les plus intolérables. La souffrance c’est quelque chosed’horrible, de scandaleux. La souffrance, la mort cela ne devrait pas exister. Cela nous révolte. Très souvent nos questions restent sans réponses. Pourtant, notre réflexe face à la souffrance, face à la mort c’est de chercher un coupable. Et si l’on est croyant, on pose la question du « pourquoi » à Dieu qu’on soupçonne d’être l’auteur du mal. « Si Dieu était bon, il n’agirait pas ainsi… » Qui n’a...
tracking img