Compte rendu de la communication de philippe hamon «la description de l'indescriptible»

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3341 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Textes de référence: Le Titan (La Légende, nouvelle série), La vision de Dante (La Légende, dernière série), La vision d'où est sorti ce livre, (La Légende, nouvelle série), La pente de la rêverie (Les Feuilles d'Automne), L'égout de Rome (Châtiments).
Pour situer les perspectives de l'examen de ces textes du point de vue d'une sémiotique de la description, il convient de rappeler quatreproblèmes généraux -et les réponse de principe que leur donne la sémiotique.
1) Celui de la référence. Parler, c'est parler de quelque chose. L'acte de référence est inhérent au langage et implique la présence -du référant (le sujet parlant)
-du référent (l'objet dont on parle)
-de la référence (le rapport de l'un à l'autre). La description est indépendante du statut de son référent (existant ou non)comme de son référant (singulier ou pluriel, localisable ou non localisable); elle est un mode de la référence.
2) Elle se définit comme un des quatre grands types formels du discours: narratif, descriptif, argumentatif, poétique. Chacun se caractérise non par ses objets mais par des constantes internes au discours; par exemple, pour le type poétique, la répétition, le parallélisme, le principed'équivalence, etc. Entre les types discursifs, les relations sont complexes. On peut les concevoir comme exclusifs ou, au contraire, comme toujours combinés l'un à l'autre dans tout discours, selon des "dominantes" particulières; au XIX° siècle, par exemple, où l'analyse littéraire et la rhétorique confondent généralement genre et type, la description est réputée la forme la plus contraire à lapoésie et c'est là un point de vue que partage encore Valéry: lieu du permutable, de l'indifférent, la description serait essentiellement antinomique au poétique, lieu du nécessaire et du sur-signifiant. D'autres doctrines (Mallarmé) lui opposent le récit et l'on pourra consulter sur ce point la mise au point faite par D. Combes, Poésie et récit, Corti. Il vaut mieux sans doute considérer qu'iln'existe que des combinaisons des types discursifs, chacune ayant ses effets propres. C'est dans cette perspective qu'on examine ici les textes de Hugo.
3) Distinct du type, le genre n'est pas un mode a priori du discours mais l'ensemble des conventions assurant les conditions de lisibilité d'un texte. Il implique un pacte de lecture et un horizon d'attente. A quel genre obéissent les textes considérés?Sans doute aux grands genres répertoriés: épopée, poésie lyrique. Mais on proposerait volontiers l'idée qu'ils relèvent aussi de "petits" genres non-figuratifs: l'essai, le discours philosophique (dont les actants sont abstraits -l'Esprit, l'Histoire- et l'énonciation impersonnelle -"et si vous le frappez, il rendra quelque son").
Ici une approche plus précise est nécessaire. On remarquerad'abord que le genre épique comprend certaines formes spécifiques exclues des autres: le catalogue en particulier ou encore la narration à actant collectif. L'épopée met ainsi en oeuvre non seulement une thématique propre (la foule, le combat...), mais aussi un type particulier de description dont le Laocoon de Lessing -premier poéticien du discours descriptif- donne une excellente analyse en montrantcomment Homère combine la narration au paradigme dans cette forme -la "description homérique"- qui est à la fois narrative et descriptive. Victor Hugo, manifestement, n'a pas oublié la leçon: c'est très visible dans La Pente de la rêverie qui est le catalogue "narrativisé" d'une foule.
Le genre lyrique, quant à lui, pose la question de l'identité, de la différenciation, du "moi" et de l'autre.Baudelaire l'avait vu qui définit le texte lyrique par l'alternance d'une "vaporisation" et d'une "centralisation" du moi. De là une préférence pour deux sortes d'images: d'un côté celles de l'indistinct et de l'informe -nuage, brume, vapeur- de l'autre le motif architectural qui organise l'espace en structures discrètes. On peut donc se demander s'il n'y a pas des thèmes ou des figures de...
tracking img