Compte rendu de lecturecandide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (633 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Compte-rendu de lecture :
Candide ou l’optimisme
De Voltaire paru en 1759.

Sommaire :
* Résumé de l’œuvre

* Etude de l’œuvre

* Avis personnel

Résumé de l’œuvre :

Candide,est élevé par son oncle le baron Thunder-ten tronck et suit l’enseignement de son précepteur Pangloss, qui lui apprend la philosophie à travers une idée qui est : « tout est pour le mieux dans lemeilleur des mondes possible ».
Mais Candide est chassé du château pour avoir embrassé sa cousine Cunégonde.
Lâché dans un monde ou la cruauté, l’injustice et la violence des hommes est omniprésente, ilvoit son univers volé en éclat.

Il va être confronté à de nombreuses aventures, faire la rencontre de gens farfelues, et peu à peu, il va remettre en cause la philosophie que lui à prodiguéPangloss.
Finalement, il retrouve Pangloss et quelques uns de ses anciens amis ainsi que Cunégonde, qu’il épouse.
Il achète une petite métairie et décide d’y vivre heureux en « cultivant son jardin », avecses compagnons, anciens et nouveaux.



Etude de l’œuvre :

De nombreux thèmes sont abordés dans ce roman,

La guerre tout d’abord, ou l’on voit l’auteur soulignant l’absurdité et la cruautéde la guerre entre les Abares et les Bulgares.
Lorsque Candide se retrouve enrôlé dans l’armée Bulgares :
« Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées ».« Les canons renversèrent d’abord à peu près six mille homes de chaque côté ».
«Ici les vieillards criblés de coup regardaient mourir leurs femmes égorgées ».
Ces passages la nous montre la volonté del’auteur de faire réfléchir le lecteur sur les atrocités de la guerre à travers des phrases à teneur ironique est des passages descriptifs très détaillés sur la barbarie de l’époque.
La religion est trèsprésente dans ce livre, Voltaire si arrête plus précisément dans le chapitre 6 lors du tremblement de terre à Lisbonne lorsque l’inquisition décide de donner au peuple un auto-da-fé : brûler des...
tracking img