Compte rendu: robert frank, "les contretemps de l'aventure européenne", 20e siécle, n°60, oct-dec 1998, p. 82-101

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2327 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Frank Robert, « Les contretemps de l'aventure européenne », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 60, octobre-décembre 1998, p. 82-101. p. 82 : L’idée d’Europe : construction unité. Guerre Bosnie faveur plus étroite entre Européens. Nécessité États-Unis d’Europe : c’est là le but de l’Europe. Ecrit par Victor Hugo en 1876. p.83 : 1er Age d’or de l’engagement E : Cœur engagement : idée. Idéal depaix suppose « identité » Européenne fondé sur sentiment d’appartenance à une culture une civilisation Européenne. Européanité. p. 84 : Après le carnage de 1914-1918 : germe conscience Européenne, sentiment de la nécessité vital de faire l’E. Oswald Spengler, Le déclin de l’occident, 1931 (1918 : version all) Albert Demangeon, Le déclin de l’Europe, 1920. Gaston Riou « S’unir ou mourir ». Prise deconscience Européenne condition doublement indispensable à la naissance de l’engagement Européen. G 14-18 : a engendré un pacifisme militant (base de l’européanisme engagé) année 1920. p. 85 : Richard Coudenhove-Kalergi : 1er modèle de l’Européen engagé. Idée de Paneurope. 1er congrès Vienne 2 000 pers en 1926. 1927 : Aristide Briand accepte 1er présidence d’honneur de l’Union Paneuropéenne.Louis Loucheur président du comité français de paneurope joue rôle essentiel pour élargir le réseau aux milieux de l’industrie et de la banque. Intellectuels paneurope : Paul Valery, Paul Claudel, Jules Romains, les frères Mann (Heinrich et Thomas), Stephan Zweig, Freud, Einstein… Historiographie actuelle se méfie du personnage qui exagère son rôle. Coudenhove préconise une union E progressive, parune organisation fédéraliste capable de rivaliser avec les 4 autres grands ensembles planétaires : Pan Amérique, empire britannique, Empire russe et Asie orientale (chine + Japon). Il est hostile à la SDN et irrite les européistes chers à l’idée de Genève. Son mouvement sa doctrine a constitué la base du projet de Briand, notamment dans son célèbre discours du 5 septembre 1929 à la SDN. Nécessité decréer « une sorte de lien fédéral » entre les peuples d’E. Puis dans le « Mémorandum sur l’organisation d’un régime d’union fédérale Européenne », le 17 mai 1930. Avec de récents travaux, d’autres courants ont aussi joué un rôle important. Emile Borel fonde en 1927 le « comité français pour la coopération e » avant de créer une organisation fédéraliste à l’échelle de l’Europe. Ce dernier soutientl’action de la SDN. Il est pour l’entrer des anglais dans cette vision fédéraliste de l’Europe. Il est à l’origine de l’expression « coopération Européenne ». Marque une certaine distance par rapport à Coudenhove. Le second Age d’or de l’engagement européen. 2de Guerre mondiale remet à l’ordre du jour l’Europe. Sous le slogan : Europe nouvelle. Même si résistants pas majoritaire dans l’idéeEuropéenne; c’est ce qui amine les mouvements européens des années 1945-1949 : les plus engagés dans la volonté de faire l’e sont les socialistes et les démocrates-chrétiens. Ce second Age d’or de l’engagement européen a des points communs et divergence par rapport au 1 er Age d’or de l’engagement
1

Européen après la 1e Guerre mondiale. Désormais ce n’est plus uniquement pour la paix qu’onconstruit l’E mais aussi pour éviter le déclin. La crise de l’engagement européen au temps de la construction de l’Europe. p. 92 : Petite révolution du 9 mai 1950 : Jean Monnet et la présentation du plan Schuman est bien connue. CECA : 1951 issue plan Schuman CEE + EURATOM : prévus par les traités de Rome : 1957 PAC : 1962 (Politique Agricole commune) SME : 1978 ‘système monétaire Européen) Marché unique: 1986 Euro : 1999-2002 Echec CED (Communauté Européenne de défense) : nécessite prudence et fonctionnalisme dans l’engagement Européen. 1e Question : Les hommes qui ont fait l’Europe dans les années 50 sont t’ils considérés comme « engagés » ? Oui, mais il faut nuancer. L’exemple le plus flagrant est celle de Jean Monnet, comme Coudenhove-Kalergi (Historiographie actuelle). À propos de ce...
tracking img