Concentration dans l'industrie chinoise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4197 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Chine inquiète et la Chine s’inquiète. Cette dialectique est le fil rouge de notre dossier. Il décrit de l’intérieur cette superpuissance du XXIème siècle qui n’est, au fond, qu’une économie émergente. Un pays immense et riche, mais qui manque de viande, de pétrole et de… consommateurs. Un Etat officiellement communiste, dans lequel un salarié est contraint de braquer une banque pour pouvoirsoigner sa mère malade. Une armée de 2,3 millions d’hommes manquant si cruellement de formation et de technologies, qu’elle ne peut projeter ses soldats à l’extérieur de ses frontières. La vraie bataille, cependant, ne se joue pas sur le terrain militaire : l’atelier du monde devient subrepticement l’une de ses premières usines de matière grise, et veut nous imposer ses normes en matière de wi-fiou de voitures électriques.
La Chine inquiète. Alors que la poussière de l’effondrement financier mondial se dissipe, un nouveau dragon surgit à l’horizon, un nouveau maître du monde gonflé de la faiblesse des anciennes puissances. Vue de Washington, Berlin, Paris ou Tokyo, la Chine est la grande gagnante de la crise. Elle a mis moins de six mois pour effacer les stigmates de la tempêtefinancière. Les statistiques qui illustrent ce redémarrage ont quelque chose d’effrayant au regard des timides signes de reprise en Europe. Durant l’été, la croissance chinoise est nettement repassée au-dessus des 8 %, seuil magique à partir duquel la machine économique crée suffisamment d’emplois pour absorber les nouveaux arrivants sur le marché du travail. L’investissement a affiché un bond de 33 % parrapport à la même période de l’an passé. Le gouvernement de Pékin n’a pas lésiné, avec l’annonce, en décembre 2008, d’un plan de relance de 460 milliards d’euros, soit presque 13 % du produit intérieur brut. Il a aussi donné l’ordre aux banques d’ouvrir largement les vannes du crédit. Le dragon rugit à nouveau.
Mais la Chine s’inquiète aussi. Pour calmer la grogne sociale qui montait, le Premierministre, Wen Jiabao, a peaufiné son discours en faveur d’un rééquilibrage de la croissance et du soutien à la demande intérieure par l’instauration d’un début d’Etat providence.
Des grands travaux d’infrastructures ont été lancés en masse cet hiver pour occuper les millions de travailleurs migrants rejetés sur les routes par les grandes entreprises exportatrices, victimes de la récession deséchanges mondiaux. Les banques ont déversé des tombereaux d’argent frais dans l’économie. Sur les neuf premiers mois de l’année, près de 870 milliards d’euros ont été injectés dans le système, soit 75 % de plus que sur l’ensemble de l’année 2008.
Cependant, l’empire du Milieu tient un double discours. S’il prétend se recentrer sur son marché intérieur, il est en réalité de plus en plus agressif àl’extérieur. A l’exportation, d’abord, où il entend conserver sa place de premier fournisseur mondial, quitte à tricher avec les règles de l’OMC et à piloter une monnaie largement sous-évaluée. Plus conquérant, il l’est aussi sur les marchés de matières premières, obnubilé par la sécurisation de ses approvisionnements en produits de base.
La Chine a besoin de toujours plus de pétrole, de gaz, de métauxet de matières premières agricoles. Elle représente à elle seule près de 40 % de la demande mondiale de zinc, de plomb, de nickel, de blé et de soja. L’Afrique, avec ses sous-sols très riches, et l’Amérique latine, avec ses terres fertiles, sont devenues ses terrains de jeu préférés. Et elle ne s’embarrasse pas de discours « droits-de-l’hommistes ». La Chinafrique n’a pas les états d’âme de laFrançafrique. Ce n’est pas le massacre de quelques centaines de civils désarmés par les militaires de la junte guinéenne, le mois dernier, qui a empêché les Chinois de signer pour 7 milliards de dollars de contrats portant sur du pétrole et des minerais.
Forte de ses 2 200 milliards de dollars de réserves en devises, elle est aussi conquérante sur les marchés financiers. Sa banque centrale est...
tracking img