Conference africaine de lutte contre l'erosion cotiere

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1997 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CONFERENCE AFRICAINE SUR LA LUTTE
CONTRE L’EROSION COTIERE
18-19 mai 2009, Hôtel Méridien Président, Dakar, Sénégal
Déclaration de Dakar
Les Etats côtiers de l’Afrique, représentés par les Ministres en charge de la lutte contre l’érosion côtière ou leurs Représentants, réunis, du 18 au 19 mai 2009, à Dakar au Sénégal, à l’initiative de Son Excellence, Me Abdoulaye WADE, Président de laRépublique du Sénégal
Considérant le plan d’action environnemental du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) en tant que programme de l’Union Africaine (Lusaka/Zambie) juillet 2001),
Considérant la Déclaration des Nations Unies sur le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, adoptée le 16 septembre 2002 par l’Assemblée Générale, lors d’une séance plénière dehaut niveau,
Considérant les résultats de la Conférence sur le rôle du secteur privé dans le financement du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique, tenue à Dakar en avril 2003,
Reconnaissant les effets de dégradation des côtes africaines causés par le phénomène d’’érosion côtière résultant de l’effet conjugué de fortes pressions humaines et des différents phénomènes naturelsReconnaissant que l’environnement côtier et marin renferme des ressources essentielles au développement économique et social durable et à long terme de l’Afrique,
Reconnaissant également que la pauvreté, le sous – développement et le poids de la dette sont entre autres, les causes profondes des problémes identifiés et constituent de lourdes menaces sur la paix, la stabilité et la conservationde l’environnement en Afrique, notamment sur la sécurité alimentaire et le développement économique et social des populations africaines,
Reconnaissant que l’atténuation de ces problèmes doit d’abord être recherchée par le biais d’actions à l’échelon national,
Reconnaissant que des solutions à un certain nombre de ces problèmes pourraient être trouvées plus facilement grâce à l’action conjointeconcertée des pays africains,
Reconnaissant les conventions d’Abidjan , de Nairobi, de Barcelone et de Djeddah, relatives à la coopération en matière de protection et de mise en valeur du milieu marin et des zones côtières de la région de l’Afrique comme étant les accords régionaux les mieux adaptés pour
constituer les cadres légaux à la mobilisation des efforts coordonnés régionalementvisant à encourager le développement durable des zones côtières et marines de la région africaine ,
Rappelant la décision prise par le Groupe des huits pays les plus industrialisés (G8) et les autres partenaires sur le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique,
Conscients que l’éradication de la pauvreté est une condition préalable indispensable pour un développement durable del’Afrique,
Conscient que l’utilisation des ressources côtiéres et marines doit être intrinsèquement liée à leur conservation, de manière à garantir leur utilisation durable,
Notant la dégradation continue de l’environnement côtier et marin de l’Afrique ;
Notant l’absence de mécanismes en vue d’une coordination adéquate des plans de développement côtier devant permettre une utilisation durable desressources côtiéres et marines,
Constatant également le besoin de renforcer les politiques et législations nationales ainsi que les réponses politiques relatives au développement et à la protection de l’environnement marin et côtier,
Soulignant que la Gestion Intégrée des Zones Côtières (GIZC) constitue l’approche la plus prometteuse pour assurer un développement social et économique durable, enéquilibre avec la protection des ressources dont ce développement dépend,
Accueillant favorablement et appréciant l’ensemble des initiatives et efforts pour renforcer la coopération en matiére de développement et de protection de l’environnement côtier et marin,
Se félicitant de l’harmonisation des politiques environnementales au niveau des entités sous – régionales avec l’appui du volet...
tracking img