confession d' une femme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 47 (11539 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 janvier 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Confessions d'une femme
Confessions d'une femme
Publication
Auteur
Guy de Maupassant
Langue
Français
Parution
 28 juin 1882
dans Gil Blas
Recueil
Le Père Milon
Nouvelle précédente/suivante


Rêves

Clair de lune



modifier 
Confessions d’une femme est une nouvelle de Guy de Maupassant, parue en 1882.
Historique[modifier | modifier le code]
Confessions d’une femme estinitialement publiée dans la revue Gil Blas du 28 juin 1882, sous le pseudonyme Maufrigneuse, puis dans le recueil posthume Le Père Milon en 18991.
Résumé[modifier | modifier le code]
Une vieille femme raconte pourquoi elle a été infidèle à son mari. Mariée depuis un an à Hervé de Ker…, un homme qu’elle n’aime pas, elle habite dans le triste château familial de son mari au milieu d’un pays désert.Un soir, son mari la convie à une chasse nocturne au renard; il a l’air bizarre, nerveux, sournois. Les heures passent, son mari la sonde, il trouve qu’elle a un fameux sang-froid. Soudain, un homme apparaît dans la nuit; son mari le tue, prend sa femme, la soulève et la jette sur le cadavre de l’homme : il pensait que c’était son amant qui venait la rejoindre. Paquita, la bonne, arrive encourant et se jette sur Hervé : c’est son amant à elle qu’Hervé a tué. Il constate le gâchis et s’excuse auprès d’elle.
C’est à ce moment que l'épouse décide de lui être infidèle.
Bibliothèque de la Pléiade
 Pour les articles homonymes, voir Pléiade.
La Bibliothèque de la Pléiade est une des collections majeures de l'édition française, publiée par Gallimard. Elle constitue une référence en matièrede prestige, de qualité rédactionnelle, et de reconnaissance littéraire des auteurs. Être publié dans l'édition de la Pléiade représente une sorte de consécration pour les auteurs, dont un nombre réduit ont été publiés de leur vivant1. Des volumes de Borges, Céline, Giono, Sartre et Claude Simon étaient en cours de réalisation avec leur collaboration au moment de leur mort.
Aujourd'hui, ellepublie non seulement les œuvres majeures de la littérature française, mais également de la littérature mondiale. À ce jour, la collection regroupe plus de 775 ouvrages (Bibliothèque de la Pléiade : 670 volumes, Albums de la Pléiade : 51 volumes, Encyclopédie de la Pléiade : 54 volumes) et 200 auteurs (hors collectif).
Sa reliure en cuir pleine peau et dorée à l'or en fait une édition de luxe. Impriméssur papier bible, les exemplaires sont très compacts.
La Bibliothèque de la Pléiade, dont cet article traite, est distincte des autres publications estampillées La Pléiade, telles que l'Album, l'Agenda, l'Encyclopédie alors que l'usage fait que, parmétonymie, on parle d'une Pléiade pour désigner un ouvrage issu de cette collection.


Quelques tomes de la Bibliothèque de la Pléiade.
Sommaire  [masquer] 
1 Histoire
1.1 Directeurs littéraires
2 La Pléiade en chiffres
2.1 Les dix titres les plus vendus
2.2 Domaines d'exploration
2.3 Albums de la Pléiade
3 Esthétique de la collection
3.1 Charte intérieure
3.2 Aspect extérieur des livres
3.2.1 Couleurs de référence
3.2.2 Dos
4 Influences
5 Notes et références
6 Annexes
6.1 Articles connexes
6.2 Bibliographie
6.3 Liensexternes
Histoire[modifier | modifier le code]
En 1931, un jeune éditeur indépendant, Jacques Schiffrin des éditions La Pléiade/J. Schiffrin & Cie, crée une collection innovante : la Bibliothèque de la Pléiade dont le nom évoque tout à la fois laconstellation, le groupe des poètes du xvie siècle2 et un groupe de classiques russes3. Schiffrin père souhaitait offrir au public des œuvres complètesd'auteurs classiques en format poche compact. Le premier exemplaire à paraître est le premier tome de l'œuvre de Baudelaire le 10 septembre 1931. André Gide et Jean Schlumberger, créateurs de la Nouvelle Revue française (NRF), s'intéressent au travail de ce nouvel éditeur et intègrent cette collection aux éditions Gallimard le 31 juillet 19334. Jusqu'à 1933, peu de contemporains y sont entrés de...