Conflit israelo palestinien

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2833 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le conflit israélo-palestinien : Un siècle d’histoire en 15 minutes !
Afin d’étudier une thématique particulière du conflit israélo-palestinien, il est indispensable de pouvoir s’en référer à l’histoire. En effet, le conflit ne date pas d’hier et le contexte doit être approfondi.
La naissance du sionisme : les prémisses du conflit
Theodor Herzl, un journaliste et écrivain juifautrichien, est l’initiateur du Congrès de Bâle de 1897, première réunion internationale du mouvement sioniste. Auteur du livre « Der Judenstaat » par lequel il préconise la création d’un Etat pour le peuple juif, Herzl va permettre la création d’un Fonds national juif, véritable institution bancaire sioniste spécialisée dans le rachat de terres en Palestine. Au départ, on dénombrait50.000 Juifs sur ce territoire, ce qui représentait 9% de la population totale de l’époque. C’est seulement en 1905, après de nombreuses réflexions, que la destination palestinienne est envisagée pour la création du nouvel Etat.
La période coloniale(1916-1948)
En 1916, les Français et Britanniques signent les accords (secrets) de Sykes-Picot et se répartissent ainsi le contrôle sur leProche-Orient. Réalisés au cours de la Première Guerre Mondiale, les deux puissances coloniales anticipent ainsi la dislocation de l’Empire ottoman et de son vaste territoire. Cet accord est particulièrement mal perçu par les nationalistes arabes de la région car il rend impossible la création d’un grand royaume hachémite en Transjordanie. L’enjeu du texte est d’autant plus important pour lesAnglais au point qu’il leur permet d’accéder au Canal de Suez.
A travers la Déclaration Balfour de 1917, la Grande-Bretagne, nouvelle puissance occupante de la Palestine, donne son soutien à l’établissement d’un Foyer national juif sur ce territoire. A partir de ce moment-là, différents outils incitatifs à l’immigration (symboliques, légaux, institutionnels, financiers) vont émerger. LaGrande-Bretagne doit toutefois attendre le 24 juillet 1922 afin que la Société des Nations lui donne mandat pour administrer la Palestine.
L’émigration de Juifs européens vers la Palestine va prendre de l’ampleur avec l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir en Allemagne. Sa politique antisémite et les actions perpétrées par le régime du IIIème Reich durant la Deuxième Guerre Mondiale (Nuitde Crystal, Shoah, camps de concentrations...) incitera au départ de nombreux Juifs. En Palestine, la population totale juive atteint les 28% en 1940.
Entretemps, les Palestiniens organisent une Grande Révolte contre l’autorité occupante et le mouvement sioniste qui s’établit. Leur volonté d’aboutir à une nation palestinienne par le biais d’une insurrection est violemment réprimée parles milices sionistes qui se constituent en une véritable armée. Cette révolte s’est déroulée entre 1936 et 1939. En réaction à cette insurrection, la Grande- Bretagne va émettre un Livre blanc en 1939 afin de limiter l’immigration juive et l’acquisition de terres en Palestine.
En 1937, un premier plan de partage à l’initiative de William Peel propose l’octroi de 30% de la Palestine à unnouvel Etat juif (s’étendant d’Acre à Tel-Aviv). Le reste du pays serait rattaché à la Transjordanie (sous mandat britannique). Les territoires de Ramla, Nazareth et Jérusalem auraient un statut particulier. Les déplacements de la population palestinienne sont envisagés par le plan. Cette initiative ne sera jamais appliquée. Face à ce plan et au texte du Livre blanc, les sionistesmarqueront leur désaccord et proposeront en 1942 - à New York lors du Congrès sioniste mondial (OSM) - le programme de Biltmore qui vise à instaurer un Etat juif sur toute la Palestine mandataire.

La période coloniale prend fin lorsque le mandat britannique sur la Palestine expire le 14 mai 1948.
Du plan de partage à la première Intifada (1947-1987)

En 1947, la résolution n°181 de...
tracking img