conflit nord irlandais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3105 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Le conflit nord-irlandais est une période de violence et d'agitation politique en Irlande du Nord de 1968 à 1998 entre des groupes belligérants dont l'IRA provisoire et l'Ulster Volunteer Force. Le but du premier est de mettre fin à l'autorité britannique en Irlande du Nord et de créer une République irlandaise sur l'ensemble de l'île, alors que celui des second est de stopper ce qu'il perçoitcomme la détérioration du caractère britannique du pays. Il y eut aussi des émeutes populaires et l'intervention de forces de sécurité de l'État, l'Armée britannique et la police.
Ce conflit affecte la vie quotidienne de la plupart des Nord-Irlandais, ainsi qu'incidemment celle des Anglais et des Irlandais dans le Sud de l'île. En plusieurs occasions entre 1969 et 1998, ce conflit manque de setransformer en une véritable guerre civile. Par exemple en 1972 après le Bloody Sunday ou pendant la grève de la faim de 1981, quand se forment des mobilisations massives et hostiles des deux parties.
En 1998, un processus de paix apporte une fin au conflit en s'appuyant sur l'accord du Vendredi saint. La reconnaissance par le gouvernement britannique pour la première fois de la « dimensionirlandaise », le principe que le peuple de l'île d'Irlande dans son ensemble puisse résoudre les problèmes entre le Nord et le Sud par consentement mutuel, sans intervention extérieure, permet d'obtenir l'accord des nationalistes et des républicains. Elle établit aussi en Irlande du Nord un gouvernement consociatif, composé obligatoirement d'unionistes et de nationalistes.

Les causes du conflit.
Lecontexte dans lequel éclate le conflit est celui d'une persécution religieuse envers les catholiques et de nationalisme tant culturel que économique irlandais sous l'occupation britannique. En 1937, après l’Insurrection de Pâques, la Constitution irlandaise est proclamée créant ainsi L'Etat libre d'Eire.

Le déroulement du conflit.
En 1966, une dizaine d'entre eux forment un groupe arméanti-catholique, l'Ulster Volunteer Force (UVF), dans un bar de Belfast. Le 27 mai, l'organisation signe ce qui est parfois considéré comme le premier acte de violence du conflit en abattant un civil catholique. L'UVF multiplie les agressions sectaires, parfois meurtrières. Plusieurs de leurs attentats à la bombe, non revendiqués, de la fin des années 1960 sont à l'époque attribués à l'Irish RepublicanArmy, pourtant moribonde.
Pour défendre la population catholique, victime de discrimination économiques, sociales et politiques, s'organise entre 1966 et 1968 un mouvement des droits civiques. Leurs revendications se fondent essentiellement sur la réforme du code électoral. Les manifestations pacifiques qu'ils organisent sont émaillées d'accrochages avec les loyalistes et de charges de la RoyalUlster Constabulary (RUC).Pendant cette crise, l'IRA ne joue qu'un rôle extrêmement mineur.

1970 signe le début de l'internement sans procès en Irlande du Nord. Lors des interrogatoires dans les prisons les détenus sont victimes de tortures et de mauvais traitements. Entre le 9 août 1971 et le 5 décembre 1975, 1 981personnes sont internées et 1 874 d'entre elles sont catholiques ourépublicaines. Les catholiques désormais contre l'armée, se fient désormais aux paramilitaires pour assurer leurs défenses.
1972 est l'année la plus meurtrière du conflit, avec presque 500 morts. Le 30 janvier, le 1er bataillon parachutiste tire sur une marche pacifique de 20 000 personnes près du Bogside, prétendant riposter à des tirs de l'IRA, alors que les membres de l'OIRA et de la PIRA présents à lamanifestation étaient venus sans armes. Le bilan est de 14 morts. C'est le Bloody Sunday. L'action de l'armée britannique reçoit rapidement des condamnations internationales, tandis que les catholiques nord-irlandais organisent grèves et manifestations. Le 10 mars, les Provisionals déclarent un cessez-le-feu de trois jours, appelant à des négociations avec le gouvernement britannique, mais...
tracking img