Connaissance de soi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1676 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La connaissance de soi, une thématique qui a hantée nombre de nuits. Un questionnement éternel, une énigme à la solution toujours plus abstraite. Mais même si une hypothétique réponse était possible, qu'en serait-il de sa stabilité ? Ainsi nombre ont tentés de répondre, des avis la plupart du temps divergents.
À la question « qui suis-je ? », pourrait on simplement répondre par le prénom, lenom et l'âge ou doit on raconter son histoire, décrire son caractère, ses pensées... ? Dans ce cas là, répondre ainsi à cette question ne ferait-il pas du « moi » une chose définie et parfaitement tangible, devrait-on donc admettre que « je » ne se limite qu'à ces quelques informations facilement exprimables par la parole ou l'écrit ? La quintessence même de l'être ne requiert elle pas une analyseplus profonde et poussée ?
Qui ne s'est jamais demandé ce qu'il est, qui il est ? Il est certes aisé de répondre : un homme, puis de citer ce qu'on croit être les fondements de son identité, c'est à dire le nom, l'âge et ce qui s'en suit. Mais au delà de ces quelques mots que peut-on tenter de déduire ? Au delà de notre nature humaine qu'est-ce qui nous régit ?
Prenons par exemple Descartes,et mettons nous en quête du savoir, mais beaucoup de choses peuvent être remises en cause, et pourquoi pas l'existence en elle même ? Sur quoi s'appuie-t-elle ? Le doute s'insinue... Et nous ne sommes plus sûrs de rien. Continuons et poussons les choses à leur paroxysme, si rien n'existait, si tout n'était qu'illusion, qu'en est il de nous ? Nous doutons, encore et encore... Mais au milieu de cedoute il y a notre raisonnement, notre pensée. Ce qui amène une certitude : « cogito ergo sum », nous pensons, donc nous existons. Voilà donc une réponse tangible et applicable à tout homme se questionnant sur son identité. Nous ne sommes pour l'instant que des entités pensante. Voilà une des premières choses qui définit l'identité et qui est par la même occasion une réponse universelle etintelligible car tout homme possède une identité qui se définit premièrement par ce raisonnement.
Tout homme est donc avant tout une conscience. Nous venons d'acquérir une certitude, l'homme est conscience, mais n'y en a-t-il pas d'autres natures ? Prenons par exemple un animal, nous qui existons sommes capable de le considérer et d'envisager son existence, c'est ce que soutiendra Emmanuel Kant dansson « anthropologie du point de vue pragmatique ». L'animal existerait donc et serait aussi capable d'action, bénéficierait-il, à l'instar de l'homme, d'une conscience ? Si tel est le cas, pourquoi chaque bête se comporte-t-elle de manière identique à chaque autre ? Contrairement à l'homme qui est capable de s'envisager individuellement et donc de {text:soft-page-break} se construire une base àl'identité, grâce à ce que Kant appellera le « Je », et qui dans sa représentation a le pouvoir de s'élever au dessus de toute autre chose pensante qui ne bénéficie pas de cette particularité. Une affirmation qui renforce encore ce qui avait été précédemment énoncé avec le cas de Descartes, l'identité humaine se base sur sa conscience, c'est à dire qu'il existe grâce au fait qu'il soit capable de sepenser indépendamment de toute autre chose. C'est ce qu'on appellera le sujet transcendantal.
Nous venons donc d'acquérir une autre certitude, mais aventurons nous plutôt sur des chemins plus obscurs, en admettant que les actions participent à la formation de l'identité de l'être humain. Après l'existence, les actions décidées ne participent elles pas à la formation de l'identité que nousarborons actuellement ?
C'est ce que Sartre décrira dans « L'être et le néant », selon lui les actions passées décident par la projection dans le futur de l'identité qu'on peut s'attribuer, c'est à dire que la façon dont l'acte est considéré, additionné à la possibilité future qu'il envisage, décidera d'une possible identité. Un exemple souvent cité est celui dit du « larcin d'adolescent », qui...
tracking img