Connaissances

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6114 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Marie‐Christine Mourier‐Marchasson 
   

CLAUDE SIMON, QUAND LE SURGISSEMENT DU RÉEL OBLIGE  À UNE POÉTIQUE. 
     
Claude Simon a subi comme cavalier de l’armée française, du 10 au 17 mai 40, une série  de  traumatismes  vécus  comme  basculement  dans  le  Réel  au  sens  lacanien  du  terme.  Toute  son  écriture  se  fondera  dans  un  aller  et  retour  entre  la  remémoration  de  ces moments‐là, leur évocation impossible et le retour exhibé au Symbolique. Sa poétique se  fera dans cette difficulté à dire cela. 

     
RELIEF 4 (1), 2010 – ISSN: 1873-5045. P27-42 http://www.revue-relief.org URN:NBN:NL:UI:10-1-100867 Igitur, Utrecht Publishing & Archiving Services © The author keeps the copyright of this article

 

  Claude  Simon,  prix  Nobel  de  littérature  en 1985,  rattaché  avec  plus  ou  moins  de  réticences  de  sa  part  au  mouvement  du  Nouveau  Roman,  lui,  dont tous les romans ont installé un avant et un après pour les écrivains et  lecteurs,  Claude  Simon  est  né,  selon  moi  dans  les  terres  du  nord  de  la  France  et  de  la  Wallonie  belge  pendant  la  semaine  du  10  au  17  mai  40.  D’aimable  dilettante,  il  est  revenu de  cette  expérience  avec  la  nécessité  d’écrire, l’urgence, la jouissance  langagière. Le fait est assez incontestable  et peu ou prou reconnu par Claude Simon lui‐même. Mais pourquoi ? Que  s’est‐il donc passé là dans les collines belges et les vergers de l’Avesnois ?   Mon hypothèse est que cette naissance à l’urgence du dire s’est faite par un traumatisme qui a été basculement dans le Réel au sens lacanien du  terme.  Le  Réel,  cet  au‐delà  de  tout,  parfaitement  plein  et  résistant, 

27

inaccessible aux mots, au Symbolique. En notre lisière pourtant. La réalité  est  là  devant  nous,  regardable  et  semblant  pouvoir  être  décrite.  Le  Réel,  non.  La  réalité  est  du  Symbolique,  arbres  et  murs,  routes  et  bosquets, chevaux et briques, sont du Symbolique. Le Réel a été expulsé de la réalité,  on  sait,  depuis  Freud  et  surtout  Lacan,  comment,  par  la  castration  et  la  construction  imaginaire  d’un  semblant  de  soi.    Mais  il    peut  surgir,  à  l’occasion  d’un  traumatisme  le  plus  souvent,  et  faire  basculer  l’homme,  l’instant d’un instant, dans un ailleurs insoupçonné. C’est ce qui selon moi est arrivé en mai 40 à Claude Simon. Nous allons explorer cette hypothèse  en ne cherchant pas ici, cela a été fait ailleurs, à cerner une évolution entre  les  textes  mais  au  contraire  à  retrouver  les  points  communs  relatant  l’expérience  vécue.  Je  me  centrerai  sur  les  narrations  de  La  Route  des  Flandres,  Les  Géorgiques,  L’Acacia  et  Le  Jardin  des  Plantes  mais  je  m’offrirai  aussi  le  retour  sur  Orion  aveugle  et  Les  Corps conducteurs  en  passant  rapidement sur la route de La Bataille de Pharsale.    La route de la référence  Les  événements  vécus  par  Claude  Simon  en  mai  40  sont  maintenant  bien  repérés et situés. L’échange épistolaire avec Anthony Cheal Pugh suivi du  bien  nommé  article  de  ce  dernier,  Claude  Simon  et  la  route  de  la  référence, (Claude Simon, Revue des Sciences Humaines, n°220, Presses universitaires  de Lille III, 1990, 23‐45), nous permettent d’être très précis sur les temps et  les  lieux.  Trois  événement  marquants  ressortent  du  Petit  historique  fourni  par  Claude  Simon,  événements    que  la  lecture  attentive  des  romans  avait  fait émerger mais que ce  parcours hors roman effectué par Claude Simon  lui‐même  nous  permet  de  clarifier.  Le  premier  a  eu  lieu le  12  mai  en  Belgique sur une voie de  chemin de  fer ;  son escadron,  alors qu’il  était de  l’autre  côté  de  la  Meuse  au  lieu‐dit  Lez  Fontaine,  légèrement  au  nord  de  Natoye, a été attaqué. Un sous‐officier, le maréchal des logis Ostertag, a eu  le réflexe d’emmener les cavaliers en contrebas sur un ballast de chemin de  fer.  À ...
tracking img