Conquete spatiale durant la guerre froide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5631 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Spoutnik
Il y a cinquante ans jour pour jour, Spoutnik, le premier satellite artificiel de la Terre, ouvrait un nouveau chapitre de l’histoire des hommes, celle de leur arrivée dans l’espace. Né en pleine guerre froide des efforts pour concevoir des missiles à tête nucléaire, le petit Spoutnik inaugure la conquête de l’espace et émerveille les foules. Pour fêter l’événement, Futura-Sciences vouspropose deux rendez-vous aujourd’hui et des reportages télévisuels extraits des archives de l’INA.

Le 4 octobre 1957, en plein désert kazakh, à 22 heures 58 (heure locale), quelque part entre les villes de Tyura et de Tam (mais à 370 kilomètres de Baïkonour, un nom que les Soviétiques utiliseront ensuite pour égarer les Occidentaux), une puissante fusée R-7 s’élève dans le ciel.
A son sommet,sous sa coiffe, elle porte une sphère d’aluminium de 58 centimètres de diamètre, pesant 83,8 kilogrammes et flanquée de quatre antennes (deux de 2,4 mètres et deux de 2,9 mètres). A l’intérieur, dans de l’azote pressurisé à 1,3 atmosphère, elle abrite deux émetteurs radio, dans les bandes de 20 et 40 MHz. Au-dessus de l’atmosphère, la fusée largue la boule métallique à huit kilomètres parseconde. L’objet PS-1, pour Prostriechii Spoutnik (Prostriechii pour simplifié et spoutnik pour satellite), se satellise autour de la Terre sur une orbite elliptique, de 215 kilomètres de périgée et 939 kilomètres d’apogée.
Les émetteurs commencent à envoyer un son aigu intermittent, un bip-bip. Cette émission permanente permet de localiser PS-1 et de vérifier qu’il tourne bien autour de la planète.C’est bien le cas. L’agence Tass (organe de presse officiel de l’Union soviétique) publie la nouvelle.

Succès planétaire
Le lendemain matin, l’information a, elle aussi, fait le tour du monde. Le retentissement est phénoménal. La Terre a un second satellite et il est artificiel ! L’humanité vient de débarquer dans l’espace. L’anniversaire d’aujourd’hui n’est donc pas que celui du lancement d’unsatellite, c’est celui d’une ère nouvelle. A l’époque, nombreux sont ceux qui le ressentent ainsi. L’événement est salué de diverses manières mais on retient surtout cette percée humaine hors de l’atmosphère. Il est difficile, aujourd’hui, de réaliser l’émerveillement et l’enthousiasme générés partout dans le monde. Du jour au lendemain, le mot « spoutnik » devient célèbre, tout autant que lebip-bip, puis carrément familier. Une recherche sur le Web avec le mot clé spoutnik démontre que cinquante plus tard, ce terme est toujours présent dans le langage courant. Pour mieux comprendre ce phénomène, les archives de l’INA sont précieuses. L’Institut national de l’audiovisuel a pieusement conservé des émissions de télévision de l’époque et les a regroupées sur son site. Nous avons sélectionnédeux d’entre elles pour illustrer nos articles d’aujourd’hui. Vous pourrez retrouver les autres, les regarder et les télécharger sur le site de l’INA.

De la guerre à la science
Pourtant, les raisons qui ont abouti à cet exploit sans précédent sont essentiellement guerrières. Le monde d’alors est partagé en deux blocs qui s’ignorent et se haïssent, l’Est et l’Ouest. Dans chaque camp, on chercheavec beaucoup d’énergie le moyen d’expédier de l’autre côté et le plus vite possible une bombe nucléaire (à uranium, comme celles qui ont détruit Hiroshima et Nagasaki) ou thermonucléaire (à hydrogène). Soviétiques et Américains s’appuient sur l’expérience du missile V2, mis au point par les scientifiques de l’Allemagne nazie et récupéré par les deux camps. L’un de ses concepteurs, Wernher von Brauntravaille désormais pour les Etats-Unis. Ces derniers ont aussi une avance technologique nette, qui permet de réaliser des bombes plus légères. Mais cet avantage devient un inconvénient pour l’accès à l’espace : la bombe H soviétique pèse plus de cinq tonnes. A l’Est, il faut donc mettre au point une fusée très puissante… Ce sera la R-7, avec ses propulseurs multiples assemblés en faisceau....
tracking img