Conscience

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (313 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
II. La conscience, source d'illusions
x Spinoza -> au livre III de l'Ethique, stigmatise la conscience, comme source x d'illusions.
Certes, nous sommes conscients de nosdésirs et de nos représentations. Mais la conscience n'est ici qu'une connaissance incomplète, inadéquate, qui nous laisse dans l'ignorance des causes qui les produisent.De sorte que, loin d'être connaissance vraie, la conscience est plutôt constitu-tivement productrice d'illusions et notamment de l'illusion de la liberté.
x La philosophie contemporaine ->semble, elle aussi, refuser tout crédit à la x conscience comme moyen d'accès à la connaissance de soi.
x Nietzsche -> dans la Généalogie de la morale, montre que la conscience x morale -la "voix" de la conscience - est en fait l'expression de sentiments x qui n'ont rien de moral.
x Marx -> dans l'Idéologie allemande, soutient que les sentiments, les idées x des hommessont déterminés par leur position dans la société.
x Freud -> ,enfin, en posant l'existence d'un inconscient, ruine plus radicale- x ment encore l'idée, chère à la philosophie classique, d'unetransparence du x sujet à lui-même, telle que pouvait l'exprimer Descartes par exemple.
Si la conscience ne nous livre qu'une connaissance partielle et donc erronée de nous-mêmes, on peut sedemander si elle n'est pas finalement davantage un obstacle plutôt qu'un instrument pour la connaissance de nous-mêmes.
C'est en tout cas ce qu'affirme le béhaviorisme, doctrine psychologique quiprétend pouvoir rendre compte du comportement humain comme réponse à des stimuli, ou ou excitants indépendants de toute conscience.
Certes, si la conscience est pensée sur le modèle d'une"chose" - fût-elle une "chose pensante", à la manière de Descartes -, la psychologie, comme science positive, a beau jeu de montrer qu'elle est alors une simple hypothèse, inutile de surcroît.
tracking img