Consommation et groupes sociaux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3240 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Consommation et groupes sociaux

La crise économique mondiale qui touche la France depuis bientôt deux ans maintenant à de graves répercussions sur le pouvoir d’achat des français qui témoignent leur mécontentement ; pourtant tous n’en sont pas autant victimes, notamment les ménages les plus riches qui peuvent encore profiter du bouclier fiscal en vigueur. La consommation, désignée comme lavaleur des biens et services acquis pour la satisfaction directe des besoins individuels, est en lien direct avec le revenu des ménages puisque celui-ci offre les ressources nécessaires à cet acte de dépense. Or, ce revenu est distribué inégalement dans la société, entre les différents groupes sociaux. Ceux-ci peuvent être à la fois des groupes basés sur le sexe ou sur l’âge mais nous retiendronsle critère socio-professionnel qui établit de fait des groupes ayant des niveaux de vie différenciés. La consommation joue un rôle complexe par rapport à ces groupes sociaux puisqu’elle détermine des modes de vie qui eux-mêmes vont caractériser des groupes sociaux qui à leur tour consommeront selon leur appartenance. On peut donc s’interroger sur la manière dont la consommation, considérée commepilier de la société actuelle, détermine en amont et en aval les groupes sociaux. Elle est fondée sur des ressources économiques, inégalement distribuées selon les groupes, qui ont un impact direct à la fois sur la quantité et sur le type de consommation (I). La consommation est de fait un indicateur des modes de vie, permettant de distinguer différents groupes (II), mais elle peut dans unecertaine mesure atténuer ces écarts par la démocratisation et la moyennisation, bien que ces processus restent à nuancer (III).

Pour la comptabilité nationale, le revenu est la principale ressource des ménages, et la consommation l’emploi essentiel. Le revenu est donc incontournable dans cette analyse.
Pourtant, il n’est pas identique pour chaque ménage, ou pour chaque groupe. En effet, onconstate qu’un homme gagne en moyenne 1.7 fois plus qu’une femme à emploi et qualification égale, un jeune nettement moins qu’un individu à la veille de la retraite et un ouvrier gagne également beaucoup moins qu’un cadre. Or, l’accès à des postes économiquement valorisés se fait en partie par le biais de l’école qui est, pour Bourdieu, le théâtre de la reproduction sociale. De ce fait, l’appartenanceà un groupe social conditionne l’entrée des individus dans le monde du travail, et ainsi la possibilité de bénéficier d’un revenu élevé. Pour l’auteur de la Distinction, les enfants des classes supérieurs auront davantage de chance d’obtenir un diplôme valorisé que les enfants des classes populaires, car leur dotation en capital (économique, social, culturel) est plus importante. C’est sanssurprise que l’on observe ce parallélisme dans le document 1 : les individus munis d’un diplôme supérieur sont 85% à lire un livre en un an, contre 31% des personnes n’ayant pas de diplôme, et 84% des cadres et profession libérale s’adonnent également à cette pratique alors que les ouvriers ne sont que 33%. Ainsi, l’école qui voudrait garantir l’égalité des chances, permet en fait à certains groupessociaux de perdurer en offrant aux descendants la possibilité de jouir d’un revenu élevé pour une forte consommation.
Le revenu, dont sont dotés inégalement les ménages, a une place centrale dans l’analyse microéconomique. En effet, l’équilibre du consommateur est à choisir parmi l’ensemble des combinaisons possibles compte tenu de son revenu et des prix, la dépense est alors égale au revenu(R=Px.X+Py.Y). Puisque l’individu cherche à maximiser sa satisfaction, il veut atteindre la courbe d’indifférence la plus élevée (ensemble des combinaisons de deux biens qui procurent au consommateur un niveau de satisfaction identique), selon la droite budgétaire ; c’est ainsi que la combinaison optimale est le point où une courbe d’indifférence est tangente à la droite budgétaire....
tracking img