Consommation et investissement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2858 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
CONSOMMATION ET INVESTISSEMENT

I. Deux visions opposées de la Consommation et de l’Epargne

A. Keynes

B. Les Classiques

II. Investissement et épargne

A. Définitions

B. Causalité entre épargne et investissement

III. Les conditions d’équilibre

A. Niveau optimal d’épargne

B. La fonction d’investissement

INTRODepuis la seconde guerre mondiale, l’état du capitalisme nous place dans une société de consommation. Le progrès technique étant en essor, l’investissement a pris place au cœur de la croissance économique. Consommation et investissement régissent notre société. Les 2 variables sont instables depuis 80’s. Elles dépendent de nombreux paramètres, et de deux grandes théories, Keynésienne etnéoclassique, se confrontent de nos jours, pour expliquer le comportement de ces deux variables. Elles reposent sur l’ajustement entre épargne et consommation. Nous avons vu précédemment que la demande de consommation et la demande d’investissement déterminent la demande effective (schéma). En quoi la consommation et l’investissement sont elles liées ? Est-il possible d’accéder à un marchéd’équilibre? Nous allons dans un premier temps voir les deux théories qui ont essayé de modéliser ces deux variables. Puis nous analyserons en quoi l’investissement détermine les capacités de production. Enfin dans un troisième temps, nous chercherons s’il existe un point d’équilibre optimal entre épargne, consommation et investissement.

Deux visions opposées de la consommation et de l’épargneLa consommation est –elle la partie non épargné du revenu ou l’épargne la partie non consommé ? Cette question est la problématique de l’équilibre économique à court terme chez Keynes et les néoclassiques. Leurs points de vue divergent sur les relations entre consommation et épargne, car l’augmentation de l’une, entraine la diminution de l’autre.

La fonction de consommation KeynésienneC’est Keynes qui propose la première fonction de consommation. Selon la loi psychologique fondamentale, le revenu courant est le principal déterminant de la consommation. Les ménages épargnent une part croissante de leur revenu au fur et à mesure que celui-ci s’accroit. L’équation qui en ressort est :

C = cY + Co

Avec C = consommation, Y = revenu, Co = consommation qui ne dépend pasdu revenu.

Pour Keynes, l’épargne c’est un gaspillage de ressources présentes. Tout accroissement de l’épargne exerce un effet déprimant sur la consommation et sur l’investissement. L’acte d’épargne peut appauvrir la communauté. Effectivement, s’il n’y a pas de consommation, la demande effective est falsifiée et donc le niveau de production future anticipé ne correspond pas véritablement à lademande réelle. C’est pourquoi la consommation d’aujourd’hui est un gage de consommation future.

A. Les reformulations néoclassiques

Les économistes ont tenté de modifier la modélisation keynésienne pour la rendre compatible avec les observations empiriques. La consommation serait l’utilisation de ressources présentes et l’épargne un accroissement du potentiel de consommation futur.DUESENBERRY (économiste américain née en 1918): Les individus cherchent à imiter la consommation des individus appartenant aux catégories sociales supérieures. C’est l’effet d’imitation. Conformément à l’analyse keynésienne, la propension moyenne à consommer diminue avec les revenus. Mais sur le long terme, cette propension doit rester stable, en accord avec les conclusions de KUZNETS.ANDO (1929-2002) et MODIGLIANI (1918-2003 italo-américain) : théorie du cycle de vie.
L’épargne peut repousser la décision de consommation dans le futur. La consommation ne dépend plus seulement de son revenu mais de sa richesse tout au long d’une vie. Au fur et à mesure que son ancienneté de son travail augmente, son revenu croît et il peut rembourser ses emprunts et épargner une partie,...
tracking img