Contact de langues en milieu scolaire ''stella cambrone''

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 35 (8744 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CONTACT DE LANGUES EN MILIEU SCOLAIRE
L’alternance codique en situation de classe : quelles stratégies ?

Stella CAMBRONE

Fort-de-France, Décembre 2004

1

La Martinique connaît, de par son histoire, une situation sociolinguistique bien particulière. Deux langues rythment la vie des locuteurs au quotidien : le français, langue officielle et langue de promotion sociale ; et le créole àbase lexicale française1. Ce dernier a fait l’objet de nombreuses recherches dans divers domaines : de la linguistique appliquée à l’anthropologie en passant par l’ethnologie, la sociolinguistique, la psycholinguistique, la didactique des langues et bien d’autres champs. Avec l’instauration du CAPES de créole, la langue créole peut être officiellement enseignée, depuis la rentré scolaire 2002,dans des établissements secondaires, comme une langue vivante 2 ou 3 au même titre que l' anglais, l' espagnol, l’italien ou le portugais. Le présent travail de recherche rassemble les questionnements, les réflexions et les suggestions issus d’une enquête réalisée en classe de créole, dans le cycle secondaire2 ; où l’enseignement du créole ne se réduit pas pour les enseignants créolophones à latransmission d’un énoncé de leurs propres savoirs "car, quoi qu' on enseigne, on enseigne toujours pour que l‘élève l’apprenne. Cela se produit dans une relation bien plus complexe que le simple énoncé de son propre savoir" (Saint-Onge, 1996 : 13). La langue créole est marquée par tout un cortège de valeurs négatives. Elle est considérée comme un obstacle à l’apprentissage du français, elle aurait deseffets néfastes sur les jeunes guadeloupéens et martiniquais francophones. Il est très difficile de gommer les connotations péjoratives qui découlent de la langue créole car il y a tout un contexte socio-historique que véhicule la langue et que beaucoup n’arrivent pas à relativiser. Les notions de "conflits linguistiques", "interférences", "interlangue", "continuum-discontinuum"3, "mélangecodique"4... sont souvent utilisées pour décrire les pratiques et représentations de ces langues (créole et français) et les rapports étroits entre ces codes linguistiques. Selon Blanchet (1992 : 108), les critères de distinction d’une langue par rapport à une autre langue relèvent de "l’identification des variétés de
1

Dans le contexte de las Caraïbes, le terme de langue créole se rapporte auxlangues qui se sont développées pendant la période de l’expansion coloniale européenne, du commerce des esclaves et de l’économie de plantation, comme systèmes de communication entre des Européens d’origines linguistiques diverses et des Africains de l’Ouest d’origines linguistiques également hétérogènes. Ces langues, servant initialement à des fins de communication interculturelle, ont vu par la suiteleur usage s’étendre comme premier système de communication parmi les Africains déplacés, et comme systèmes de communication auxiliaires au sein des répertoires des coloniaux européens. (Durizot Jno-Baptiste et al. 2001 : 92-93) 2 Mes sincères remerciements à Mme Manuella Antoine, professeur de créole au Collège Jacques Roumain de Rivière Pilote, et aux directeurs de mon mémoire de D.E.A. : MM.Pierre Dumont, Professeur des Universités à l' UAG, et Daniel Barreteau, Directeur de recherche de l’IRD-Martinique. 3 Le mot "continuum" a été utilisé pour désigner l’ensemble des productions linguistiques qui se situent entre deux pôles, l’acrolecte et le basilecte, et qui relèvent strictement de l’un ou de l’autre, dans la mesure où un énoncé du mésolecte peut comporter des traits acrolectaux etbasilectaux, mais aussi des variantes intermédiaires. (Chaudenson 1997 : 100). 4 Mélange codique / code-mixing : "Il désigne le passage d’une langue à l’autre dans une même séquence. Il peut s’agir de calques […]. Il peut s’agir également d’emprunts […]. Il peut s’agir enfin d’assimilations phonologiques […], assimilation d’un lexème français au créole par analogie. On créolise un terme en lui...
tracking img