Contes de noel charles dickens

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1114 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce texte est extrait des « CONTES DE NOELS «  écrit par CHARLES DICKENS au 19éme siècle. Il se présente sous la forme d’une nouvelle fantastique. Dans cet extrait, CHARLES DICKENS soutient l’idée que peu de personnes souhaiteraient dormir dans une église ou un cimetière, seul, une nuit d’hiver avec du vent.
Quelles sont les circonstances et les causes qui empêche la réalisation de cette action ?Nous verrons ceci en étudiant comment l’auteur en associant des lieux, bien, réels à un phénomène naturel, nous entraîne dans un univers fantastique et angoissant

Dans un premier temps, Charles Dickens organise son récit autour de la réalité du fait et des lieux .

Nous pouvons voir que le narrateur est un narrateur personnage , il a une forte implication dans le récit par l’utilisationdu pronom personnel : Ligne 2  « je » et par l’emploi du verbe de parole : Ligne 5 « «  Dis ». Il cherche également une complicité avec le lecteur , Ligne 2 : « « notez « «  « «  vous » »
Par cette complicité, il veut mettre tout le monde d’accord ainsi que le lecteur : Ligne 1 à 2 : « (Et comme c’est une chose souhaitable que l’auteur et ses lecteurs s’entendent…..) » , le narrateur pourrenforcer l’acceptation de son idée utilise le modalisateur (ou adverbe de manière) : Ligne 2 « parfaitement » »
Pour étendre son point de vue à toutes les catégories de la population, il utilise la comparaison : Ligne 4 « « aux grands comme au petits » » « « au vieux comme au jeunes » » et l’opposition , Ligne 5 « «  croissance » » « « déclin ».Il utilise également l’hyperbole : Ligne 1 « Il est peu depersonnes » », ligne 3 « mais que je l’étends à tout le monde » ».
Son statut de narrateur personnage s’étend à celui de narrateur témoin , il oriente son point de vue dans une nouvelle direction , il focalise l’attention du lecteur sur un nouveau fait : la vérification de son idée : Ligne 9 « «  Et je me charge de maintenir mon défi victorieusement. » » . En qualité de témoin, le narrateursouhaite que son idée soit réfutée : ligne 10 et 11 « «  contre le premier contradicteur » » .
Le narrateur nous présente le cadre spatio-temporel de l’action, ce qui appuie l’effet de réalité car il s’agit d’éléments et de situation tout à fait communs  : Ligne 6 « «  église » », Ligne 7 « «  nuit » », « « seul » »
Puis, le texte va prendre une nouvelle dimension nous amenant lentement vers ununivers plus sombre , le narrateur affine le décor de son récit en utilisant la forme du discours direct associé : Ligne 8 « «  Ah ! si c’était en plein jour « , il va accentuer l’impact que produit le décor sur le lecteur en utilisant l’opposition : Ligne 8 « «  Jour « « , et « « nuit » » , intensifier la gravité de la situation par l’anaphore (ou répétition d’un même mot au début de plusieursmembres d’une phrase) Ligne 8 et Ligne 9 « «  c’est la nuit » » , « «  c’est de la nuit seulement…… » », et nous donner des précisions sur les circonstances dans lesquelles vont se dérouler les événements : Ligne 10 « « Pendant la première nuit d’hiver », allusion à la période de noël (solstice d’hiver, 21 décembre ), « « une nuit bien noire » », « « par un grand vent » ».

Dans un deuxième temps,Charles Dickens développe son récit en installant et détaillant la cause, l’élément naturel, qui fait basculer le récit dans un univers surnaturel et terrifiant.

La narrateur introduit l’élément perturbateur, cause de l’improbabilité de la réussite de l’action , Ligne 14 : « «  Car le vent de la nuit « , il offre au lecteur une description progressive du vent  : Ligne 15 « «  et » » , Ligne16 « «  puis «, ligne 19 « « et » », ligne 20 « puis ». Le narrateur donne l’impression que le vent est un être vivant par des personnifications : ligne 15 « «  de sa main invisible » », Ligne 16 « «  quelqu’un » », Ligne 21 « «  non content…… » »
Nous pouvons constater que le narrateur anime le vent , il lui donne une autonomie dans le mouvement : Ligne 18 « «  il s’élance » », « «...
tracking img