Contingentement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 55 (13527 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
wVsq` gh v u t rp i

fVeXcV¨¨#RcV4V`TVV¨VGT¨#R IG b P P d U W G P b a SY X G W S U R R S Q G Q P H ¦ ¢ © § 2 ¢ ' ¢ ¤ 2 ¢ 5¥F3!6E£!¥© @  § ¤  9 9 D 8  % ¦ !£15!!C)7¨!8 B 95¥5597%!#7!43 9 ¢ ¡  9 2 ¡ © % ¤ ¢ !8¥£A5¥743 1 ¢ 2 ¡ © ¦  ¢ 2 ¡%  @ © § ¦ % ¤ " ¦ ¢ !¨#75¨!!' 9 ¤ 8 § 2 © ¢ § ¡% !!¥¦76 ¦ 3 2  % ¡ " 54¥¢#¨¦&¡ 0¤£!¨!#¡ )¨¦ ( 1 ¦ § 0   ¤ § ¢ ' ¦% ©  " ¤ ¨&$¢#! ¢ £¨£¥£¡ § ©  ¤ ¡ © § ¦ ¤ ¢

 

Les mesures et projets de contingentement : causes, conséquences. L’analyse de la Fédération des Etudiant(e)s Francophones

Ce rapport résulte des négociations entre la Fédération des Etudiant(e)s Francophones et le Cabinet de la Ministre de la Santé publique, Mme Magda Aelvoet. Le but était de fournirune étude objective sur la pénurie (présente et à venir) de dentistes, kinésithérapeutes et médecins. Bien entendu, la FEF ne compte pas parmi ses membres des dentistes, kinésithérapeutes et médecins, ou autres démographes, statisticiens, sociologues, politologues, voire membres de la Commission de planification de l’offre médicale. Il était donc impossible, avouons-le d’emblée, de réaliser dans desdélais si courts une étude pouvant être qualifié d’objective. La FEF a donc choisi la voie de l’analyse et de la réflexion par le regroupement des données existantes afin de proposer sa vision quant à l’avenir des profession médicales. Deux axes se profilent tout au long de ce rapport. Le premier fait constater que, soumis à la critique, les études et différents rapports servant à lajustification "scientifique"1 du contingentement, montrent de dangereuses lacunes, négligences, contradictions et que d’autre part, les chiffres sont souvent faux ou biaisés, voir ne tiennent pas compte de la situation2. Le deuxième se veut résolument constructif et aborde des pistes (non chiffrées) de modification du système de soins de santé en Belgique afin de "sauver la Sécu " (pour reprendre l’expressionconsacrée) et d’améliorer la situation des patients. Il est évident que ces propositions vont quelques fois à l’encontre des desiderata des corporations médicales, lesquelles amalgament bien souvent liberté médicale (qui a été initialement définie dans l’intérêt du patient) et intérêts de la profession. La structure du rapport est divisée comme suit : un préambule théorique dans lequel la FEFrappelle sa volonté de voir les libertés d’accès et à la profession généralisées et leur influence sociétale ; une analyse critique des études réalisées sur les éventuelles pléthores ou pénuries en médecine ; une analyse critique des études réalisées sur les éventuelles pléthores ou pénuries en kinésithérapie ; une mise en perspective du contingentement en Belgique avec d’autres pays industrialisés(Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas) ; des projets d’amélioration du système de soins de santé ; et enfin une conclusion générale.

1 2

Il est préférable d’utiliser les guillemets. A titre d’exemple, les étudiants étrangers possesseurs d’un agrément INAMI sont quelques fois compris dans le total des agréés INAMI sans que l’on ait estimé la proportion (très importante) de cesdiplômés retournant dans leur pays d’origine.

 

I La Fédération des Etudiant(e)s Francophones défend la liberté d’accès aux études3

La liberté d'accès est conçue comme un des principes qui exigent que l’enseignement supérieur soit un lieu de formation aussi ouvert que possible et non pas un lieu de sélection. L’enseignement supérieur doit être un lieu d’ascensionsocio-économico-intellectuelle et non pas de reproduction socio-économicointellectuelle. Parallèlement, l'enseignement est imaginé comme un tout alliant le développement, certes des compétences professionnelles, mais aussi de la citoyenneté, de l'ouverture sur le monde et de l'esprit critique. Il est donc un des déterminants essentiels de la qualité de la vie. La structure adoptée pour ce texte consiste à exposer et...
tracking img