Contractor 17

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1004 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cah. O.R.S.T.O.M., sér. Sci. hum. VI, 1-1969

DONNÉES DÉMOGRAPHIQUES SUR LA CROISSANCE DES VILLES EN CÔTE D’IVOIRE
Jean-Paul DUCHEMINq’ et Jean-Pierre TROUCHAUD*’

1. PROBLÈMES ET MÉTHODES La rapide progression démographique des villes de Côte d’ivoire au cours des dernières décennies peut être suivie à travers une série de recensementsdont les plus anciens remontent à 1910et à 1921 ; maisune analyse précise de l’évolution se heurte à une double difficulté : la premitire se rapporte à la définition de la ville, à la distinction entre une population urbaine et une population rurale, la deuxième tient à l’imperfection du matériel statistique utilisable pour mesurer la croissance.
Ambiguïté des définitions

En fonction de quel faisceau de critères et notamment à partir de quel seuildémographique peut-on décider qu’une localité cessed’être un gros viIlage.et prend place dans la catégorie descentres à caractères urbains ? La réponse à cette question détermine directement le choix des villes actuelles mais également celui des localités qui doivent être retenues aux époques antérieures. En l’absence d’une étude typologique détaillée sur les villes ivoiriennes, nous avonsutilisé une définition provisoire. Elle repose sur deux critères généralisables et connus, aussi bien aujourd’hui qu’aux périodes anciennes : la taille de l’agglomération et sa fonction administrative. Nous avons retenu comme centres urbains en 1965les chefs-lieux de sous-préfecturesdont la population dépasse4 000 habitants. La liste ainsi établie comporte 61 localités. A partir de cette taille,déterminée d’après l’observation directe des centres, la présence d’autres critères de définition, même s’ils ne peuvent pas être quantifiés pour l’instant, devient évidente : aménagement et équipement d’un espaceurbain, mode de construction, fonction commerciale et parfois industrielle, rôle de pôle d’attraction sur un espacerural, etc. Parmi les agglomérations de moins de 4 000 habitants existentcependant de nombreux chefs-lieux issus du nouveau découpage administratif de l’État ivoirien qui a progressivement porté à 109 le nombre des sous-préfectures.Dans la majorité des cas, ces localités ont reçu un minimum d’infrastructure et leurs fonctions autres qu’administratives restent peu développkes. C’est donc à ce niveau de compromis entre la taille et les fonctions que nous avons fixé en 1965 laséparation entre l’urbain et le rural (1).
* Géographes, Chargé et Maître de Recherches a I’ORSTOM. (1) Aux alentours du seuil démographique retenu plusieurs cas particuliers ont fait l’objet d’un choix : des localités dépassant nettement 4 000 habitants ont été admises bien que n’étant pas siège administratif fAbobo. Afféry. Akoupé, Rubino) 3 chefs-lieux inférieurs à 4 000 (Bouna, Touba, Toulépleu)ont été retenus également.

72

J.-P. DUCHEMIN

et J.-P. TROUCHAUD

-

DONNÉES

L’inventaire des villes aux périodes antérieures a été établi selon les mêmes principes, infléchis toutefois pour s’adapter à la documentation existante. Nous avons repris le critère de la fonction administrative mais sans une limitation de taille qui aurait imposé des effectifs dérisoires pour lesévaluations les plus anciennes. En fait l’analyse des états de recensementsentre 1910 et 1965 montre qÙe la liste des villes s’amenuise au fur et à mesure qu’on remonte dans le temps : d’une part les cercleset les subdivisions de l’époque coloniale étaient moins nombreux que les Sous-Préfecturesactuelles (49 en fin de période), d’autre part les chiffres de population des localités jugées peu importantesfont systématiquement défaut dans les listes anciennes utilisées. Les chifFres retenus pour les calculs de l’accroissement doivent être considérés comme des estimations imparfaites représentant une population urbaine définie dans le sens le plus large.

L’imperfection

des données statistiques

Nous disposons pour estimer actuellement la population de la Cote d’ivoire de trois sources...
tracking img