Contrat social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 47 (11746 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction: la critique du droit naturel

Les lois varient selon les mœurs et les coutumes des différents peuples. Les auteurs soulignent cette diversité surtout depuis le XVI ème siècle. Or, rien ne semble nous autoriser à tenir telle ou telle culture, par exemple la nôtre, pour supérieure. On pourrait voir là une marque d'intolérance. Même si la conduite des peuples étrangers, surtouts'ils sont lointains, nous paraît étrange, nos propres lois ne sont pas forcément un modèle. C'est ce que Montesquieu tente de faire comprendre dans ses Lettres persanes, en adoptant sur notre propre société le point de vue d'un étranger. "Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas de son usage" (Montaigne, Essais, I, 1). Cependant, le respect des différences ne doit pas conduire à accepter n'importequoi. Chaque peuple a ses opinions, cela ne signifie pas qu'elles soient toutes fondées. Il est vrai que chaque peuple a un penchant naturel à se prendre pour la norme de la civilisation et à traiter tout ce qui est autre de barbare. L'ethnologue Lévi-Strauss, dans Race et histoire, note que la tendance à la xénophobie est naturelle à tous les peuples: de même que les Grecs appelaient barbares tousceux qui ne parlaient pas grec ("barbare" peut se traduire par "blabla"), les tribus rencontrées par l'ethnologue se baptisent souvent d'un nom qui se traduit par "les hommes" (ex.: les Inuits) ou "les bons". Chaque peuple a son point de vue. Cela ne signifie pourtant pas que toutes les opinions soient bonnes. Le nécessaire respect des différences ne doit pas non plus conduire à accepter n'importequoi. Chaque peuple a un penchant naturel à se prendre pour la norme de toute civilisation et à traiter tout ce qui est autre de barbare. La notion de barbarie est très relative. Ce n'est pas pour autant que la barbarie n'existe pas. Il faut éviter le piège de l'ethnocentrisme; mais aussi bien celui du laisser-faire. Il faut pouvoir juger les lois des autres, mais aussi bien celle de son proprepays. Comment, sinon par référence à une norme supérieure à toutes les expressions particulières du droit, à un modèle du droit qui transcende la relativité des droits positifs? Cette norme semblait toute trouvée dans ce qu'on a appelé le droit naturel. C'est le droit en soi, le droit idéal, fondé sur l'analyse de la nature humaine. La Déclaration des droits de l'homme se fonde explicitement surune théorie du droit naturel: "Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme" (Déclaration des droits de l'homme, 26 août 1789, art. II). Mais cette notion de droit naturel, défendue notamment par John Locke, va se trouver en crise dès le XVIII ème siècle, notamment sous la plume de Rousseau.

* Critique de la notion de naturehumaine.
Pour définir ce à quoi tout homme a droit, on a pensé rechercher ce que tout homme possède par nature. La liberté est-elle inscrite dans la nature humaine? Elle est donc un droit de l'homme. Vouloir déterminer la nature de l'homme, c'est chercher l'essence de l'humanité. L'essentiel, c'est ce qui est universel, commun à tous. De fait, il y a bien une communauté des hommes. Maisqu'ont-ils en commun?
Ce qui apparaît, c'est surtout la diversité. Ce problème de la diversité est soulevé à partir des récits d'exploration, du XVIème au XVIIIème siècles. Les explorateurs font l'expérience de l'altérité. Ce thème va inspirer des auteurs comme Montaigne qui s'interroge sur le cannibalisme, ou Rousseau, qui a lu le Voyage autour du monde de Bougainville. Cette idée d'une naturehumaine est problématique. Toute tentative de définition de l'humanité enveloppe le risque d'une exclusion. Si l'on définit l'homme comme animal raisonnable, alors l'enfant et le fou ne sont-ils pas humains? Si la nature de l'homme, c'est la raison, alors peut-on perdre sa nature? Définir l'humanité par telle ou telle conduite présente un danger, celui de l'ethnocentrisme. Certaines conduites sont...
tracking img