Contrat social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (728 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 6 : « Du pacte social »
Rousseau fait l'hypothèse suivante : les hommes sont dans une situation de conflit et, pour survivre, sont forcés de s'associer.
Pour vivre en société, il fauttrouver une forme d'association où chacun est protégé par la société mais il faut également que l'individu se sente aussi libre qu'avant son entrée dans la société.
Le contrat social Libre engagementpar lequel
l'homme renonce à sa liberté absolue
pour se soumettre aux règles instituées
par la communauté.
L'homme y trouve en échange
une force commune
qui défendra ses droits. est un doublecontrat :
chacun s'engage à faire partie de la société (aliénation volontaire ; engagement envers soi-même) ;
chacun s'engage envers le tout formé par l'ensemble des associés (volonté générale) etchacun se place sous l'autorité de cette même volonté générale.
Le Peuple est l'unité des individus associés par le pacte social. La volonté générale est la volonté du peuple.
Ce que le pacte socialfonde, c'est la République ou l'État : « [...] cet acte d'association [prend maintenant le nom] de République ou de corps politique, lequel est appelé par ses membres État quand il est passif,Souverain quand il est actif, Puissance en le comparant à ses semblables. » C'est le peuple qui est souverain ; le sujet (citoyen passif) se soumet aux lois qu'il a lui-même voulues.
Chapitre VI (« Dupacte Social »).
Dans ce chapitre Rousseau va apporter une réponse très originale à la question qu’il a soulevée au tout début du Contrat Social : « Je veux chercher si, dans l’ordre civil, il peut yavoir quelque règle d’administration légitime et sûre (...) » (Préface au premier livre). En d’autres termes : comment est-ce que une autorité quelconque peut être imposée de manière légitime à unpeuple ? « Trouver une forme d’association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun, s’unissant à tous, n’obéisse pourtant qu’à...
tracking img