« Contre la bêtise, les dieux même luttent en vain »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2767 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
« Contre la bêtise, les Dieux même luttent en vain »

Dans sa correspondance, Flaubert évoquait son désir de rédiger une « encyclopédie de la bêtise humaine ». Vaste entreprise, que l’on retrouve dans Bouvard et Pécuchet . Si démesurée que le pauvre Bouvard n’y résista pas : il mourut en 1880, laissant l’ouvrage inachevé.

Qu’entend-on par « bêtise » ? Les multiples acceptions du mot nousamènent aujourd’hui à nous interroger sur ses origines, son existence, épisodique ou permanente, et ses manifestations. Or quiconque prétendrait s’intéresser à al bêtise, sous peine d’être taxé de prétention, ne peut prétendre s’en abstraire. !

« Contre la bêtise, les Dieux même luttent en vain ». Cette formule, émanant des tréfonds de l’antiquité grecque, mérite d’être éclairée ? Ce seral’objet d’une première partie. Puis nous tenterons de préciser les différentes significations du terme et les domaines auxquels il se rapporte. Enfin, nous verrons si l’esprit est réellement impuissant face à la bêtise.

Le paradoxe de l’expression est remarquable : il y aurait impuissance des Dieux face à la bêtise. Quel est le propre de la bêtise, et à quelle catégorie terrestre cettecaractéristique s’applique-t-elle ? Elle ne concerne pas les êtres inanimés. Sauf métaphore,, il est rare que l’on soit vraiment « bête comme ses pieds » . Pour être taxé de bêtise, il faut forcément être homme, donc intelligent. Or l’animal n’est ni intelligent ni bête, même si l’on parle de celui qui est « bête comme un âne ». Ce serait prêter aux animaux une conscience qu’ils n’ont pas. La bêtise est donc untrait proprement humain ou concernant les expressions abstraites de l’humain, telles que les idées ou les sentiments. Donnons, avant de poursuivre, quelques définitions : l’intelligence ou l’entendement est la faculté de comprendre et d’innover. La raison, modalité de la pensée intelligente, est la faculté de combiner des jugements.

On considère habituellement la bêtise comme une défaillance,un défaut de l’intelligence. Or « bêtise » n’est pas l’antonyme exact d’intelligence : nous ne sommes pas l’un ou l’autre, les deux peuvent coexister. Ainsi bêtise ne signifie pas forcément absence d’intelligence. L’être taxé de bêtise n’est pas totalement hermétique à la raison. Il s’agit d’un individu qui dispose d’une intelligence mais qui manifeste son incapacité à en faire usage.

Pourquoiles « Dieux mêmes » ? En quoi sont-ils différents de nous ? Pour nous, humains, il n’est pas évident que la bêtise est un obstacle à notre élévation. Nous considérons notre différence par rapport à la divinité comme un manque de perfection (en creux) plus que comme un véritable défaut ( un trait négatif). Pourtant on se rend compte qu’il s’agit véritablement d’un obstacle auquel notre être seheurte : nous ne sommes pas simplement incomplets. La bêtise se poserait entre nous et les Dieux comme une barrière infranchissable, une véritable nuisance ou une infirmité.

Il faut également distinguer LA bêtise et LES bêtises. Celles-ci concernent des faits précis. L’exemple le plus évident est l’enfantillage, le propre de l’enfant. Mais nous nous intéresserons ici à LA bêtise.

Quel estdonc ce phénomène ? On a vu qu’il existe un rapport entre la bêtise et la raison. Est rationnel ce qui est compris et se comprend. La manifestation de la bêtise n’est pas une incapacité au sens strict, son déclenchement est imprévisible, puisqu’il y a tout de même intelligence. Seul l’animal est prévisible. Tandis qu’on ne sait pas exactement ce que la « bête » va faire, ni à quel point tellepersonne est « bête ».. les conséquences de la bêtise sont également imprévisibles. Il y aurait donc contingence de la bêtise (c’est-à-dire qui peut être ou ne pas être). Nous sommes tous des bêtes en puissance. La bêtise peut frapper n’importe qui, en n’importe quelle circonstances. Impossible de prévoir ce phénomène à l’avance. Et cette contingence empêche les Dieux d’agir. Ils ne peuvent rien,...