Controle interne allianz

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3716 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La loi Sarbanes-Oxley a, depuis 2003, été portée à la connaissance de beaucoup de collaborateurs sous le terme de « programme SOX » et a été souvent synonyme de « contrôle interne », sous la forme de tests réguliers, de revues fréquentes et de documentation renforcée.
Le retrait d'Allianz de la cotation à la Bourse de New-York, achevé fin 2009, ne soumet plus le Groupe et ses filiales auxexigences de cette loi, dont l'application était devenue effective en 2006. Si le vocable « SOX » a disparu ainsi formellement début 2010, il est essentiel que la culture de contrôle auquel il s'est progressivement associé perdure.
Plusieurs raisons y contribuent. Dès 2006, les entreprises d'assurance françaises ont dû mettre en œuvre, au titre d'un décret spécifique, un « dispositif permanent decontrôle interne » dont les composantes du « programme SOX » apparaissent comme des éléments constitutifs. En 2008, la transposition en droit français d'une directive européenne a également renforcé l'attention qui doit être accordée au contrôle interne et à la gestion des risques par les comités d'audit, désormais obligatoires pour des organismes comme le nôtre. Bien évidemment, le contexte créé par lacrise financière a lui-même amplifié en 2009 le mouvement engagé précédemment.
Plus que jamais, notre dispositif de contrôle interne doit donc poursuivre son adaptation, tant à l'évolution de nos activités qu'aux contraintes réglementaires, par une coopération renforcée de ses nombreux acteurs.

De SOX à la vision globale des risques

16/11/2009

Depuis 2004, le dispositif de contrôleinterne d'Allianz Informatique a été formalisé, complété, amélioré, pour respecter le niveau d'exigence attendu pour la certification SOX.
Pour rappel, la loi Sarbanes-Oxley vise à fournir l'assurance que le dispositif de contrôle interne permet de maîtriser les risques de non-fiabilité des données financières.

Le 22 septembre dernier, Allianz a annoncé sa décision de se retirer de la cotation deNew-York, et donc, de facto, de ne plus être soumis à la loi Sarbanes-Oxley. Mais le Management d'Allianz a immédiatement précisé que l'effort ne devait pas s'arrêter pour autant ; un dispositif fort de contrôle interne, notamment en ce qui concerne la fiabilité de son information financière, reste un objectif majeur du groupe.

D'autre part, comme toutes les compagnies d'assurance européennes,Allianz devra, d'ici fin 2012, se mettre en conformité avec les exigences de Solvency 2, qui vise à assurer l'homogénéité des règles prudentielles de solvabilité des assureurs européens.

Il s'agira en particulier de mesurer nos risques opérationnels(*) avérés ou résiduels de façon à déterminer l'allocation en capital nécessaire pour y faire face.

Tout le travail déjà réalisé pour SOX va nousresservir pour le volet Operational Risk Management (ORM), tant en termes de méthodologie que de contrôles mis en place. La plupart d'entre eux répondent autant à des enjeux ORM qu'à des enjeux SOX, et spécialement pour l'informatique.

Le véritable enjeu est désormais de se donner une vision complète de l'ensemble des risques et des contrôles du process IT. Ce travail a été initié en débutd'année par la mission du contrôleur de la gestion 2008, menée par Ernst&Young, et qui a porté sur une évaluation de notre dispositif de contrôles SOX par rapport à la couverture des différents domaines et process COBIT.

Sur la base de cette évaluation, le Contrôle Permanent Opérations s'attache actuellement à identifier les contrôles existants "hors SOX" et les contrôles apparaissant commemanquants, de façon à mettre en évidence les principaux domaines et process sur lesquels nos efforts doivent porter en priorité.

1. Préambule
Ce document a pour objectif de décrire de manière pédagogique et synthétique la structure et le fonctionnement du dispositif actuel de contrôle interne d’Allianz France S.A. Sa diffusion, auprès des diverses parties prenantes de ce dispositif, doit...
tracking img